Contre la pollution de la nappe phréatique, l’Etat ne dit rien

Les ministres concernés observent le silence face au danger

Le ministre de la Pêche et de l’Économie maritime, Oumar Guèye (photo), par ailleurs Marie de la Commune de Sangalkam, est bel et bien au courant des manquements de l’usine Atlantik Sea Food spécialisé dans la transformation des produits halieutiques. Selon le président du Collectif, Moustapha Tine, « plusieurs plaintes ont été déposées aux services qui relèvent de son ministère et jusqu’ici, rien. La direction de l’usine nous a même défiés en disant que cette affaire n’ira nulle part. Car, ils disent qu’ils ont de l’argent et qu’ils connaissent ce pays autant que nous. Puisque nous croyons à la justice de notre pays, nous demandons à cette institution de faire son travail car l’heure est grave ».
Selon nos sources, une plainte a été déposée à la gendarmerie de l’environnement basée au Port de Dakar. Cette unité aurait fini son enquête et a déposé ses conclusions à la Direction de l’environnement qui relève des compétences du ministre Abdoulaye Bibi Baldé. Ce dernier est aussi sous mode silencieuse malgré les rapports des institutions indépendantes. Selon toujours nos sources, la gendarmerie aurait même donné un délai de 45 jours pour que la direction construise des fosses, mais les Russes restent réfractaires malgré la menace de l’autorité militaire.

Maxim Palamarchuk, un des actionnaires

Il était la tête de cette usine, l’une des plus puissantes de l’Afrique de l’Ouest, pendant les travaux, avant de se faire débarquer par le Conseil d’administration. Aujourd’hui, cette société est dirigée par ArtemBektimirove. « C’est à la fin de 2013 que nous avons démarré les travaux. Mais avant fin 2014, ils m’ont fait démissionner de la direction et ils ont démarré les travaux qui du reste sont sans suite. Ils utilisent un puits que la population utilise aussi pour leur fosse. Cela ne répond à aucune norme environnementale. À mon avis, si on veut aider la population, il faut qu’on termine les travaux de l’usine et pour pouvoir employer plusieurs jeunes », confie M. Palamarchuk. Selon lui, il mène, aujourd’hui, un combat humanitaire. Et de renchérir : « Quand nous avons su, nous avons fait appel à un huissier de justice pour faire le constat et nous avons effectué des analyses chimiques qui révèlent, effectivement, qu’il y a un danger réel sur la santé des populations. Il faut que les institutions qui s’occupent de l’environnement fassent attention à cette situation qui risque de coûter cher à la population sénégalaise. Le gérant de l’entreprise est préoccupé, aujourd’hui, par le soucis de gagner de l’argent mais pour ce qui est de la santé de la population locale, il n’en a que faire ».
Difficile d’avoir la version des autoritésde la société incriminée car le dossier est jugé très sensible. Nous avons tenté de les joindre mais ils n’ont pas voulu donner leurs versions des faits. La question qui taraude les esprits est celle de savoir qui protège donc ArtemBektimirove, Directeur général de la société AtlantickSea Food ?

Rewmi