Campagne agricole 2016 à Kédougou : C’est parti pour une bonne mise en place des intrants

L’hivernage continue son petit bonhomme de chemin dans la région de Kédougou. Les producteurs partenaires de Bamtaaré service ne se plaignent plus. Les intrants ont été mis en place à temps. Des innovations ont été apportées  en vue d’atteindre les objectifs fixés.

Dans la région de Kédougou, comme bras technique, Bamtaaré service a fini de satisfaire aux attentes des  différents projets/programmes intervenant dans cette région pluvieuse. Cette marque de confiance  faite à Bamtaaré lui a permis de signer des partenariats solides avec le Programme d’Appui au Développement Agricole et à l’Entreprenariat Rural (PADAER) et le Programme de Renforcement de la Résilience au Sénégal (P2RS).

« Nous travaillons avec le PADAER et le P2RS pour la production de riz marchand de multiplication de semences et de mais. Pour cette campagne 2016, nous avions prévu avec le PADAER d’emblaver 1800 ha de riz dont  1600 ha de riz de bas fonds et 200 ha de nérica, (riz de plateau) et 1000 ha de maïs. Avec le P2RS, nous allons emblaver au total 400 ha de riz marchand et 200 ha de maïs » a précisé M Mouhamadou Khouma, le responsable du Pôle Niokolo-Bandé-Bélédougou de Bamtaaré service SA.

Ces objectifs fixés ne pourraient être atteints que si les intrants nécessaires  sont mis à temps à la disposition des producteurs. C’est ce qu’a compris Bamtaaré service qui a travaillé en étroite collaboration avec la direction agro industrielle, chargée d’assurer la mise en place des engrais et semences. Ainsi, la mise en place a-t-elle démarré depuis le mois de mai. Actuellement toutes les semences ont été mises en place  au grand bonheur des producteurs.

« Nous sommes très contentes de nos partenaires P2RS, PADAER et Bamtaaré qui ont pris toutes les dispositions à temps pour mettre en place les intrants. Ils ont respecté leurs engagements à tous les niveaux. Présentement, nous sommes en train de labourer nos champs et nous bénéficions déjà de l’accompagnement technique régulier des différents partenaires. Si tout se passe ainsi, nous allons avoir de bons rendements »  a témoigné Mme Adja Kadidiatou Doucouré, la présidente du Réseau des Femmes pour le Développement de Kédougou (REFDEV).

Anticiper pour réduire les aléas

L’obligation de résultats, d’une part, la situation pluviométrique précoce et l’enclavement de certaines zones de la région de Kédougou d’autre part justifient l’esprit d’anticipation qui a guidé les responsables de Bamtaaré à assurer une mise en place à temps des intrants.

« A cette date, près de 50 % de la mise en place des engrais été faite.  D’ici  mi-août, la mise en place des intrants sera effective à 100% sur l’étendue de la  région soit une quantité totale estimée à 135,9 tonnes d’engrais. Le PADAER  à lui seul fournira 2000 litres de primagol (maïs) et 10800 litres de propanyl, 1800 litres  de calyherbe, 570 tonnes d’engrais  triple 15  et 420 tonnes d’urée » a  confié M Mouhamadou Khouma.

Des innovations pour lutter contre les mauvaises herbes

Du fait du taux élevé d’enherbement, cette année, les partenaires ont apporté une innovation  pour soulager les producteurs dans le combat contre les herbes nuisibles aux cultures. Cette innovation réside dans l’utilisation du propanyl qui sera mélangé avec le calyherbe pour le traitement post-levée. La  dose préconisée est de 6 litres  de  propanyl  à mélanger à  1 litre de calyherbe pour chaque hectare.

« C’est un  herbicide qu’on peut employer même après que les graines aient poussé. Il est conseillé de l’utiliser à l’étape 3 feuilles des adventices.  Ce qui permettra de diminuer le taux de travail au niveau des parcelles. Les producteurs étaient confrontés à ce problème. Parfois, il y en a même qui abandonnaient leurs champs à cause de l’enherbement excessif. Avec l’utilisation de ces herbicides, nous  pensons que les problèmes seront à moitié résolus » a souligné M Khouma.

La seconde innovation, c’est l’intervention du Programme de Renforcement de la Résilience au Sénégal (P2RS) dans la filière maïs. Auparavant ce programme (ex-PAPIL) intervenait uniquement dans la production du riz marchand et la multiplication de semences de riz. Cette année, le P2RS a prévu d’emblaver 200 ha de mais marchand, 5ha de multiplication de semences de riz et 400 ha de riz marchand et 15 ha de multiplication de semences.

A la suite de la mise en place des intrants, la deuxième étape consistera  à l’encadrement et au suivi rapproché des producteurs. Pour mieux réussir ce pari, Bamtaaré service a renforcé son dispositif de terrain  Désormais, au lieu de 5, ils seront 10 agents qui assureront le maillage de la zone d’intervention pour cette présente campagne 2016.

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com