Bignona…Le CEM Arfang Bessire sonko dit STOP aux grossesses et mariages précoces

Les chiffres font peur dans le département de Bignona. Des statistiques qui choquent et qui mérite médiation. Entre 2011 et 2015, environ 1000 filles élèves sont tombées enceinte et pas moins de 80 ont été données en mariage prématurément et sans le consentement des filles. La tendance fait peur et c’est la raison pour laquelle le CEM Arfang Bessire Sonko de la commune de Bignona, qui se veut un établissement d’excellence, a organisé un forum sur les deux questions brûlantes à savoir, les grossesses et mariages précoces et forcés en plus de la pédophilie. Aidé par AMNESTY internationale, le collège a réuni les acteurs de l’école, les autorités administratives et locales, les techniciens de la santé et du droit autour d’une table pour poser le débat. La rencontre présidée par l’adjoint au préfet de Bignona Samedi dernier a été une parfaite réussite. L’occasion a permis aux uns et autres de faire une communication sur les causes de ces fléaux et les conséquences sur le plan médical, social, économique voir même judiciaire. Les techniciens du centre de santé de Bignona, le responsable de l’AEMO (action éducative en milieu ouvert), les responsables des structures de promotion de la scolarisation des filles, tous, ont abordé dans le même sens ; sensibiliser, informer et appeler à une prise de conscience collective et individuelle pour stopper ces pratiques humainement odieuses et médicalement dangereuses. Les élèves, notamment les plus jeunes filles, visiblement atteints par les messages, se sont engagés à résister pour freiner ces fléaux qui compromettent leur avenir et celui de leur pays. Le club des droits humains de l’établissement, par la voix de son professeur coordonateur Abdou Diémé a tiré un bilan satisfaisant des échanges et a espoir que le phénomène connaîtra une chute progressive.

L.Badiane pour xibaaru.com