Bignona : L’état « oublie » le village de Tendimane, les populations frustrées élèvent la voix

Tendimane, un village de la commune de Tenghori, département de Bignona qui manque presque de tout. Les jeunes, les femmes ou encore les enfants de ce village n’ont pas les mêmes chances de réussite que leurs camarades des autres localités du Sénégal. Ici, les commodités des temps modernes sont totalement absentes. Le village n’est pas électrifié malgré son poids démographique, sa position géographique et le dynamisme de ses habitants. L’autre difficulté, c’est l’accès à ce village qui est compliqué à cause de l’état de la route qui ne répond à aucune norme en plus du fait que le poste de santé manque de personnel qualifié car c’est juste un agent de santé communautaire qui fait office de soignant et la voiturette qui sert d’ambulance ne répond pas à toutes les sollicitations à cause de son âge avancé et de sa taille qui ne lui permettent pas d’aller vite et loin. Autant de griefs qui ont provoqué l’ire des populations. Ces dernières n’en peuvent plus et ne comprennent pas le mutisme des autorités étatiques et locales. Pire encore, pendant longtemps on leur a fait croire que la 2ème phase de la boucle du Blouf devait partir de Thionck pour aboutir à la RN5 à hauteur du village de Koutenghor via Balingor et Tendimane. Mais à la surprise générale, on leur aurait dit que la boucle s’arrête à Balingore pour le moment car le financement ne couvrirait pas le reste de la route (environ 15 km). Les habitants de Tendimane estiment qu’elles sont victimes du mépris des autorités. Ils promettent de se faire entendre à nouveau si rien ne bouge d’ici quelques temps mais cette fois-ci ce ne sera pas avec autant de diplomatie. Ces populations s’en prennent aussi au découpage administratif qui les a isolées davantage. Entre ce village et le chef-lieu de la commune, il y a la commune de Bignona. Un calvaire de plus qui ne vient pas faciliter les choses. En recevant pour 4ème fois la caravane la ZAM (Ziguinchor assistance médicale), les populations en ont profité pour faire face à la presse et étaler leurs maux Lundi. La balle est alors dans le camp de l’autorité.

L.Badiane pour xibaaru.com