Bignona : Le Préfet tient une rencontre d’information sur le financement des projets de jeunes

Dès son arrivée à la tête du département; le Préfet de Bignona avait initié des rencontres décentralisées dans les 4 arrondissements en plus des réunions tenues avec différents secteurs comme les femmes, les éleveurs, les chefs religieux et coutumiers. Dans cet exercice de déconcentration des activités du chef de l’exécutif départemental, il est ressorti que les populations notamment les femmes et surtout les jeunes n’ont pas, en majorité accès à l’information sur les efforts que l’état fait pour accompagner ces franges importantes de la population sur lesquelles repose toute la politique économique et sociale du chef de l’état et du gouvernement. Une fois le constat fait, le Préfet n’a pas voulu passer sous silence cette grosse préoccupation des habitants de son département. Parmi les actions prévues pour remédier à cela, Amadou Lamine Guissé a retenu une rencontre avec les jeunes du département à travers les entités faitières pour les ASC, les Zones, l’ODCAV, les conseils de jeunesse. A cette rencontre tenue hier Jeudi 6 Septembre, le Préfet a invité les structures mises en place par l’état pour accompagner les jeunes et les femmes. Ainsi, ANPEJ, ANIDA, FONGIP, ANRAC, PAPEJ et le PRODAC chacune des entités, dans son domaine, a fait un exposé, étalé sa feuille de route et décliné les voies et moyens que les jeunes peuvent emprunter pour accéder aux différents financements. L’objectif était atteint car tous les jeunes présents à la rencontre ont eu la chance de comprendre beaucoup de choses sur les modalités et le fonctionnement de tous ces organes qui promeuvent les jeunes et les femmes. Seulement, les jeunes jugent les procédures très lourdes et presque infranchissables pour un jeune sans emploi qui aspire au financement. C’est ce qui explique que, selon les jeunes, que l’argent destinés aux jeunes et aux femmes dort encore dans les comptes. Ils demandent alors l’allégement des procédures. Difficile selon le Préfet car les leçons tirées du passé ont commandé la mise en place de ce dispositif de garanti pour que de l’argent ne se perde pas ou qu’il y ait des détournements d’objectif. A la suite de cette rencontre, il y a une possibilité que ces structures descendent dans les communes pour expliquer davantage aux jeunes l’opportunité qu’ils ont d’avoir leur autonomisation à travers tous ces financements mis  à leur disposition. Pour cela, les sous-préfets et les maires seront trouveront la formule adaptée en fonction des réalités de chaque zone.

L.BADIANE pour xibaaru.com