Bignona: Gnima Goudiaby rappelle au ministre Moustapha Diop le financement promis aux femmes

Pour améliorer leurs conditions de vie et d’autonomie, les femmes sénégalaises se sont lancées depuis très longtemps dans plusieurs activités génératrices de revenus. Mais l’engagement des femmes est freiné par le manque de financement. Et en ce sens, les femmes du département de Bignona sont loin d’être satisfaites. Dans leur majorité elles n’ont pas accès au financement et ne voient pas la couleur des fonds que l’état met à la disposition des femmes sénégalaises. C’est justement ce dernier aspect qui fâche les femmes de Bignona. C’est le Dr Ndeye Gnima Goudiaby, 1ère vice-Présidente du conseil départemental de Bignona qui est montée au créneau pour interpeler directement le Ministre en charge de la microfinance, de l’économie solidaire… Elle rappelle à Moustapha Diop l’enveloppe promise aux femmes de Bignona pour les accompagner dans leur autonomisation. « Le département de Bignona à un poids économique important et les femmes constituent le maillon principal de la chaîne économique. Donc rien ne peut justifier que les femmes de Bignona ne soient servies dans les programmes de l’État. Cela devrait être une surpriorité à cause de l’environnement dans lequel évoluent ces femmes et leur engagement pour l’émergence du Sénégal » a déclaré le Docteur Ndeye Gnima Goudiaby à l’occasion de la célébration de la journée du 8 Mars organisée par les femmes de Manguiline (commune de Bignona) proches de l’APR. Elle en a profité pour lancer un appel en faveur d’un OUI massif au référendum du 20 Mars pour, dit-elle permettre au chef de l’État de continuer ses réalisation en Casamance et en direction des femmes en particulier. Le Parrain de la manifestation et jeune frère du Président Mamina Kamara, El Hadji Kamara abordera dans le même sens en déclarant que si on veut vraiment aider les femmes de Bignona, « il faut leur octroyer un financement conséquent et les soutenir dans l’activité dans laquelle chaque femme ou groupement de femmes évoluent ». Il s’est également réjoui du choix porté sur sa modeste personne pour être le parrain. « C’est un signal fort que les femmes ont voulu lancé à tous les jeunes à travers ce parrainage » a conclu El Hadji Kamara. Son grand frère Mamina Kamara n’a pas manqué, lui aussi, à l’appel des femmes de Manguiline.

L.BADIANE pour Xibaaru.com