Barkédji, 30.000 habitants…10 jours sans eau : C’est la révolte !

Les femmes de la commune de Barkedji ont battu le macadam, ce week-end, pour dénoncer la longue panne du seul forage de la localité. Arborant des brassards rouges, elles ont marché… du marché central à la sous-préfecture scandant : « nous avons soif, nous voulons boire ». En effet, les populations de Barkédji sont dans un désarroi total : elles sont restées 10 jours sans eau. A l’origine de ce calvaire, l’assèchement de la nappe phréatique du forage qui cause de réels désagréments à ces 30 000 âmes qui vivent dans cette zone d’élevage. Pour amortir la souffrance de ces populations, le service départemental de l’hydraulique a mis à leur disposition deux camions citernes pour les aider tant bien que mal à étancher leur soif.
Cet appui de l’Etat est jugé insuffisant, selon Khady Sow, car les deux camions citernes ne peuvent pas couvrir toute la commune, encore moins le bétail qui a été déplacé vers Diabal distant de 10km. Le comité de gestion du forage a été sévèrement critiqué par les femmes qui l’accusent de vendre le bidon de 20 litres d’eau à 100 francs aux populations. Pour Khady Sow et les autres femmes, les pouvoirs publics doivent intervenir le plus rapidement possible en y construisant un nouveau forage sinon Barkédji risque d’être effacé de la carte. A les en croire, tous les secteurs d’activité sont au ralenti, même le fonctionnement des établissements scolaires souffre de ce manque d’eau auquel les habitants de Barkédji sont confrontés depuis 10 jours.