Après la pluie…Sale temps au stade de Bignona : regardez ce que font les jeunes pour pouvoir jouer

Quand xibaaru écrivait la dernière fois que les matchs des phases nationales de l’ONCAV allaient se jouer à Bignona dans un champ de patate, cela a créé des grincements de dents. Mais la situation est plus que dramatique. En effet, quand il pleut, c’est le désastre total. Les stadiers engagés pour les phases ne chôment pas du tout, ils ont tous les jours du boulot. Le matin de chaque journée de match, il faut procéder à un curage du terrain pour évacuer l’eau qui refuse de libérer l’aire de jeu. Avec les moyens du bord, les stadiers font sortir l’eau avec beaucoup de difficulté. En plus, il y a un chauffeur d’un camion qui ne chôme pas non plus, il faut que lui aussi amène chaque fois un ou plus de chargement de sable pour remblayer les parties où l’eau stagne. Que c’est pénible d’entrer et de jouer dans ce terrain. Cette fois, des jeunes responsables du mouvement navétane ont tenu à s’adresser au gouvernement notamment au ministre des sports pour qu’il inscrive ce stade parmi ses priorités. Le président de l’ONCAV avait promis de trouver des toilettes mobiles mais c’est une promesse non encore satisfaite. En somme, c’est le calvaire total. Le premier match joué Dimanche a été décalé d’une heure (de 16h à 17h) pour attendre que le sol aspire l’eau.

 

L.BADIANE pour xibaaru.com