Apprentissages à KOLDA : Le CEM Sikilo Nord en tête du peloton

Le Collège d’Enseignement Moyen situé au quartier Sikilo Nord dans la commune, traduit en acte concret le concept « oubi tey, diang tey ». L’établissement a démarré les cours depuis le premier jour de la rentrée des classes. Un démarrage effectif rendu possible grâce à plusieurs facteurs mis en branle par le chef d’établissement. Ainsi depuis le dernier conseil des classes tenu en juillet dernier, Bara Tall a mis à la disposition de ses professeurs les emplois du temps pour l’année scolaire 2015/2016. Mieux, le désherbage entier de l’école effectué entre mi-aout et septembre. Ce grand nettoyage a permis la construction très tôt du seul abri provisoire qui fait office de salle de classe. Face à toutes ces dispositions, les listes d’élèves sont rendues publiques et disponibles auprès de chaque professeur. A cela, s’ajoute l’alerte précoce des parents à l’inscription pédagogique de leurs enfants. A en croire le chef d’établissement « toutes les conditions étaient réunies pour un démarrage effectif des cours dès le premier jour de la rentrée des classes pour les élèves à la date du 07 octobre dernier. ». En sa qualité de coordonnateur local de la COSYDEP, Bara Tall a ainsi voulu s’ériger en exemple. Aujourd’hui, le CEM Sikilo Nord est en pleine année scolaire dans toutes les 19 classes pédagogiques que compte l’établissement. Sur les lieux, les 42 professeurs rivalisent d’ardeur dans les enseignements apprentissages au grand bonheur des parents qui se félicitent des démarches du principal et de son équipe. Si jusqu’ici certains établissements peinent à démarrer avec beaucoup d’apprenants, au CEM Sikilo Nord les enseignants sont à plus de quatre leçons avec une bonne présence des élèves. D’ailleurs aux résultats du BFEM 2015, l’établissement a enregistré un taux de réussite de 85 % contrairement à l’année 2014 où le taux tournait autour de 24,32 % sous l’ancien principal. Comme pour couronner ces efforts, l’établissement vient de bénéficier d’un projet science pour mieux propulser l’enseignement des sciences dans cet établissement où le déficit de professeurs est un cas dépassé.
EL HADJI MAEL COLY