Aliou Sow, le PDS et le cumul des mandats à la Une des quotidiens du jeudi

La presse parue jeudi traite d’une diversité de sujets, allant de la politique à l’économie, en passant par l’éducation.
La Tribune poursuit le débat sur la succession du député démissionnaire Me Ousmane Ngom et note : «Prêt pour être installé à l’Assemblée : Aliou Sow défie le Pds».

Dans ce journal, l’ancien ministre avertit les Libéraux et avertit : «Qu’ils sachent que je sais me battre»

Selon Sud Quotidien, malgré l’opposition du Pds sur le choix du successeur d’Ousmane Ngom, «Aliou Sow refuse de céder à la menace voilée».

Le journal donne la parole à l’avocat Me Babou qui estime que «le Pds a tort» en ne voulant pas choisir celui qui suit sur la liste.

Mais selon Ndiogou Sarr, Docteur en droit, «le Pds a le droit de demander à l’Assemblée de destituer le remplaçant».

Direct-Info parle de ce qu’il appelle «traque contre les cumulards de mandats» et s’interroge : «Macky ira-t-il jusqu’au bout ?»

«Cumul de mandats : Macky vire des élus de son parti», informe Rewmi quotidien.

Le journal EnQuête consacre sa rubrique «Tel Quel» au syndicaliste et enseignant Mamadou Lamine Dianté, présenté comme «l’épine dans le pied de l’Etat».

«Les frustrations de sa génération», ajoute le journal.

«Chantiers du ministère du Renouveau urbain dans la Commune de Mermoz Sacré-Cœur ; Barth fait arrêter les travaux de Diène Farba», titre Le Populaire, précisant que le maire invoque un non-respect de l’accord entre les deux parties.

Ce bradage foncier de l’aéroport fait la Une du Quotidien qui indique : «4407, le TF (titre foncier) de la révolte». «Les jeunes de Ouakam et de Ngor bloquent les lotissements», ajoute Le Quotidien.

Dans EnQuête, Youssou Ndoye, Jaraaf de Ouakam est clair. «Nous n’allons pas nous laisser faire», avertit-il.

Revenant sur le blocus de la transgambienne, et des relations avec Yaya Jammeh, le porte-parole du Mfdc, Abdou Hélinkine Diatta déballe.

«J’accuse le président d’affamer la Casamance. Ce régime a ses rebelles qu’il loge, nourrit et blanchit. Banjul n’a jamais envoyé des mallettes d’argent dans le maquis. Les hommes politiques de la Casamance ont failli à leur mission», dit M. Diatta dans L’As.