Comment bien choisir ses produits laitiers ?

0
18

Les produits laitiers sont les aliments les plus riches en calcium, de surcroît bien assimilé. C’est pourquoi, pour optimiser la croissance des plus jeunes et protéger les autres de l’ostéoporose (déminéralisation du squelette), ils sont recommandés « 3 fois par jour » (un par repas). Et même 4 fois aux adolescents, aux femmes enceintes ou allaitantes, et aux seniors, dont les besoins en calcium sont supérieurs.

Pour ne pas vous retrouver en situation de déficience, comme 38 % des Françaises et 20 % des Français, pensez donc plus souvent lait, yaourt, laits fermentés, fromages, ou desserts lactés. Les produits laitiers fournissent en plus, des protéines d’aussi bonne qualité que celles des viandes, des vitamines B2 et B12, et des vitamines A et D lorsqu’ils ne sont pas trop écrémés.

Je ne supporte pas le lait, existent-ils des produits laitiers sans lactose ?

Le lait contient 5 % de lactose, un glucide dont la digestion nécessite la présence dans l’intestin d’une enzyme spécifique, la lactase. En l’absence de lactase, le lactose est fermenté dans le côlon, ce qui peut occasionner des troubles digestifs : gaz, ballonnements, voire diarrhée.

L’intolérance au lactose augmente avec l’âge, elle concernerait de 5 à 10 % des Européens du Nord, jusqu’à 40 % des Européens du Sud. Si vous supportez mal le lait, vous pouvez compenser par d’autres produits laitiers : les laits dont le lactose a été prédigéré, les fromages affinés (dont le lactose a été éliminé par égouttage lors de la fabrication) et les yaourts, dont les ferments lactiques produisent eux-mêmes de la lactase. Mieux vaut, en revanche, éviter les fromages frais et les desserts lactés.

Puis-je consommer des produits laitiers si j’ai trop de cholestérol ?

Les graisses laitières comptent parmi les plus saturées, celles dont l’excès favorise l’augmentation du cholestérol-LDL (le mauvais). En cas d’hypercholestérolémie, mieux vaut choisir les produits laitiers les plus maigres, et préférer l’huile ou la margarine au beurre ou à la crème.

Si vous n’aimez pas les laitages totalement écrémés, vous pouvez miser sur le lait demi-écrémé, à 1,7 % de lipides, et ses dérivés, le yaourt nature ordinaire à 1,5 g de lipides par pot, et le fromage blanc à 3 % de lipides. Côté fromages, les pâtes molles (camembert, brie, chèvre frais…), plus riches en eau, sont moins grasses (autour de 20 % de lipides) que les pâtes dures (emmental, mimolette, parmesan…) à 30 %. Limitez-vous à une part par jour, par la même occasion, cela modèrera votre apport de sel.

Je veux faire le plein de probiotiques, faut-il que je consomme des produits laitiers ?

Les ferments lactiques comptent parmi les probiotiques des microorganismes dont la consommation régulière a des effets bénéfiques sur la santé. Leur mode d’action ? Ils arrivent vivants au niveau du côlon, en proportion suffisante pour moduler l’équilibre de la flore intestinale naturelle. Les ferments du yaourt sont conseillés en cas de diarrhée, ils aident à reconstituer la flore malmenée par des antibiotiques.

Si vous souhaitez booster vos défenses, vous pouvez tester un lait fermenté au lactobacillus caséi, qui agit notamment par effet barrière : adhérent à la muqueuse intestinale, il empêche d’éventuels microbes de pénétrer dans l’organisme. Et si vous vous sentez ballonnée, c’est du bifidus qu’il vous faut.

A noter, l’effet des probiotiques s’arrête avec leur consommation.

Santemagazine