Comment aborder la question du tabac avec son adolescent

0
392

Une question difficile mais nécessaire

L’adolescence est une période de grands bouleversements, tant physiques que psychologiques. L’adolescent cherche à être plus autonome et à vivre des expériences nouvelles. Pendant cette période, communiquer avec lui n’est pas toujours facile. Et quand un parent veut parler avec lui du tabac, il se trouve souvent face à un mur…

Pourtant, en tant qu’adulte, il est essentiel de faire passer certaines informations comme les risques pour la santé et la question de la dépendance.

Evitez d’infantiliser « votre » ado

Mais, gardez en tête que vous dialoguez avec un adulte en devenir, doté de son libre arbitre. Ne lui parlez pas comme à un enfant. « Dialogue » est vraiment le mot-clé. Lorsque vous abordez le sujet avec un adolescent, veillez à lui demander ce qu’il connaît déjà sur le thème.

Ecoutez d’abord attentivement son opinion. Invitez-le même à en dire davantage en lui disant « vas-y je t’écoute », « ça m’intéresserait d’en savoir plus ». Ne critiquez pas la façon dont il voit les choses avec des phrases comme « Tu es irresponsable de penser comme ça ». Ecoutez-le jusqu’au bout et ensuite proposez-lui votre opinion, un conseil, ou de l’information, mais ne l’imposez pas. S’il répond négativement, respectez son choix tout en lui demandant d’y réfléchir.

Bien sûr, chaque personne est différente, mais cette manière de faire donne davantage la parole à l’adolescent et permet de respecter son autonomie. Ce sera donc un échange d’opinions plutôt qu’un long discours qu’il ressentirait comme rébarbatif. Parlez en « je » plutôt qu’en « tu » (« je m’inquiète pour toi » plutôt que « tu me déçois »). Le « tu » est souvent ressenti comme accusateur.

Et s’il fume déjà ? 

Comment réagir si l’on trouve des cigarettes dans sa veste, par exemple ? Certes, il est important de ne pas banaliser la consommation, mais évitez aussi d’avoir une réaction excessive. N’en faites pas un interrogatoire (‘Pourquoi tu fumes ? Avec qui ? Combien de fois par jour ?’…) Ici aussi, la clé est toujours la communication ouverte : écoutez et donnez des informations pour qu’il puisse faire un choix éclairé. Stimulez sa réflexion sur son comportement, les mécanismes liés à sa consommation. Vous pouvez par exemple lui demander quels sont les aspects positifs et négatifs qu’il en retire.

Ne serait-ce pas plus simple de lui interdire de fumer ?

L’interdiction peut souvent être contre-productive. Les approches moralisatrices et répressives cassent souvent la relation de confiance qui est essentielle pour mener un vrai dialogue. Nombreux sont les adolescents qui disent : ‘Plus mes parents m’interdisent de fumer, plus j’ai envie de le faire.’ Il est plus facile d’arrêter ou de résister à la cigarette s’il s’agit d’une décision personnelle et réfléchie, plutôt que par peur d’une éventuelle sanction.

Par contre, mettre en place certaines règles claires peut aider l’adolescent à moins fumer: il ne fumera pas à l’intérieur, vous ne lui achèterez pas ses cigarettes, il ne fumera pas devant son petit frère… Ces règles peuvent être négociées ensemble, et chacun doit bien en comprendre l’importance et la raison d’être. Bien sûr, si vous êtes vous-même fumeur, veillez à les respecter aussi !

Se concentrer sur les chiffres et les faits

Un angle intéressant pour aborder la question du tabagisme est d’expliquer à votre adolescent les aspects socio-économiques tels que le nombre de morts causés par le tabac dans le monde, les composés de la cigarette qui servent à maintenir les fumeurs accros…

Et aussi lui dire qu’il est une cible de choix pour l’industrie du tabac. Même si la publicité en elle-même est interdite en Belgique, les cigarettiers ont fort intérêt à séduire les jeunes, qui constituent des consommateurs potentiellement durables. L’adolescent qui aime sa liberté, son indépendance, n’appréciera pas d’être manipulé par une industrie.

 

Tabacstop.b

Laisser un commentaire