Yékini opéré et hospitalisé à Fann

Face à la presse, lundi dernier, Yékini a annoncé sa retraite. Comme raison, il a invoqué sa longévité dans l’arène. « J’ai fait 24 ans de carrière, je crois que ça suffit. Je veux me consacrer à autre chose », a-t-il déclaré face aux journalistes.

Dans la foulée de ses explications, l’enfant de Bassoul a écarté la thèse d’une frustration liée à ses deux défaites successives, face à Balla Gaye 2 et Lac 2 (les seules de sa carrière pour 19 victoires et un nul) et les raisons de santé.

En vérité, Yékini cachait son jeu. Il a raccroché à cause de soucis de santé. À preuve, à la fin de sa conférence de presse il a passé la nuit à l’hôpital de Fann où il a subi une opération du genou. Il n’a aucune chance de pouvoir revenir dans l’arène après cette intervention chirurgicale.

« Le médecin lui a clairement dit qu’il ne peut plus lutter, après l’opération, rapporte un des proches du néo-retraité. Parce que son genou ne pourra plus supporter certains efforts comme la préparation d’un combat de lutte. S’il ne veut pas finir sur une chaise roulante. Voilà la véritable raison qui a poussé Yékini à prendre sa retraite. »

La même source affirme que Yékini s’est blessé au même genou que face à Balla Gaye 2. Et que cette rechute est survenue avant son combat contre Lac 2.

Selon ce membre de son entourage, Yékini ne souhaitait pas déclarer sa blessure par respect pour son contrat et de peur des mauvaises interprétations. « D’ailleurs, le bruit courait qu’il était dans une clinique deux à trois jours avant le combat. C’est la vérité. Mais il voulait honorer son engagement envers le promoteur et son adversaire. Un report aurait été mal reçu par les amateurs. »

Pourquoi il n’a pas livré la vérité face à la presse ? Explication de son proche : « Il ne voulait nullement créer une polémique. Lorsqu’il a dit qu’il était blessé lors de son combat contre Balla Gaye 2, les gens l’avaient mal pris. Et pourtant, c’est la vérité. C’est cette même blessure qui s’est réveillée et cela a même empiré. »