Une bagarre éclate pendant les navétanes…Un mort pour rien

Le sieur A. Diop a été attrait devant la barre du tribunal des flagrants délits pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. En effet, les faits remontent à la date du 24 juillet, au cours d’un match de football qui opposait l’équipe de Yeumbeul Darou Salam à celle du quartier Modou Guéye. Il y a eu une confusion s’est produite à cause d’un supporter de l’équipe du quartier Modou Guéye qui a sifflé sans aucune raison. Et cela s’est soldé par une bagarre et des échanges de coups, avant que les esprits ne se calment. Quelques minutes plus tard, le nommé A. Diop et ses deux frères ont surpris et assommé Bécaye Camara avant de prendre la fuite, laissant la victime baignant dans une mare de sang.

Conduit à l’hôpital de Thiaroye, Bécaye Camara n’a pas pu faire un scanner, la machine étant tombée en panne. Il est acheminé à l’hôpital de Fann où les examens n’ont pas pu se faire, faute de place. C’est à l’hôpital général de Grand Yoff qu’il a été admis avant de subir une intervention chirurgicale. Mais après une semaine d’hospitalisation, il a rendu l’âme. A la barre, le sieur A. Diop a contesté les faits qui lui sont reprochés. Il explique que le dimanche 26 Juillet, l’équipe est partie jouer contre Darou Salam 6 au terrain de l’Asc Bissap de Yeumbeul. A la fin du match, dit-il, il y a eu des accrochages entre les deux équipes. Pendant l’altercation, il a essayé de calmer les différents camps, mais en vain. C’est en ce moment qu’il a reçu, de la part d’un certain Moussa, une grosse pierre qui l’a complètement assommé. C’est ainsi qu’il a été conduit dans une clinique pour des soins. Les témoins qui ont défilé à la barre, ont accusé le nommé A. Diop d’avoir frappé la victime avec une pierre à la tête. Selon le procureur, les faits sont constants. C’est pourquoi, il a requis l’application de la loi. Pour la défense, Diop n’est pas coupable car au moment des faits, il était à l’hôpital et inconscient. L’avocat affirme que la victime a été frappée par une autre personne. Après les débats, le prévenu a été condamné à 6 mois d’emprisonnement ferme.