Un Sénégalais tombe sur une mine et perd un bras

La capitale libyenne est toujours minée par un conflit opposant de nombreuses factions rebelles. Seulement, les Libyens ne sont pas les seules victimes de cette bataille aux relents de terrorisme. Parti pour Tripoli, il y a vingt jours, le Sénégalais Bathia Sow, âgé de 26 ans, n’avait pas encore atteint sa destination qu’une mine lui a arraché le bras droit, le déchiquetant presque. Le jeune originaire du village deBandiagara, situé à quelques kilomètres de Tambacounda, va vivre le calvaire avant d’être interné dans un hôpital de Tripoli où il ne bénéficie d’aucune attention encore moins d’assistance de l’État du Sénégal qui semble invisible dans cette partie du monde. Les parents de Bathia Sow, informés de la mésaventure de leur fils, cherchent des secours partout.