Un réseau de traite de domestiques (Mbindane) vers le Liban découvert

Un réseau permettant de recruter et d’envoyer des femmes domestiques à des fins d’exploitation au Liban existerait au Sénégal. La remarque est du président de la Cellule nationale de lutte contre la traite des personnes en particulier des femmes et des enfants (Cnltp), El Hadji Malick Sow qui précise même qu’une enquête est ouverte pour la suivie du dossier. La Cnltp a remis, hier jeudi 5 mai le rapport de ses deux ans d’activité aux autorités de la Primature.
«Il a nous été rapporté récemment, l’existence d’un réseau qui exploite de jeunes filles domestiques à destination du Liban». La déclaration est du président de la Cellule nationale de lutte contre la traite des personnes en particulier des femmes et des enfants (Cnltp), El Hadji Malick Sow qui a remis hier, jeudi 5 mai, le rapport des deux ans d’activité de sa structure au directeur de cabinet du Premier ministre, Diatourou Ndiaye. En outre poursuit-il, «nous n’avons pas manqué de saisir le ministre des Affaires étrangères par le truchement du ministère de la Justice et ce dossier est en cours d’instruction».
Continuant dans la même mouvance, le secrétaire permanant de la Cnltp d’ajouter, «il nous est récemment signalé qu’il y a des offices qui se créent dans le pays qui disent aux femmes: «nous pouvons vous trouver du travail dans un pays étranger ou un autre alors que nous y déduisons de forte présomptions de traite». Par ailleurs, le rapport montre que plus de 25% de jeunes filles sont victimes de travail domestique précoce dans les régions de Fatick et de Ziguinchor. La traite des personnes ne se limite pas au travail domestique, elle revêt d’autres formes dont les plus courantes sont l’exploitation par la mendicité, le travail domestique, l’exploitation sexuelle, la pédophilie et le travail forcé.