Un pêcheur ivre tente de violer sa sœur…Et il fracasse aussi la tête de son père

Le pêcheur Mamadou Ndiaye a été condamné hier par le tribunal d’instance de Louga. Le rejeton  avait  fracassé la tête de son père à l’aide d’une bouteille de bière. Le seul tort de son géniteur était de vouloir l’empêcher de violer sa demi-sœur.

Fervent disciple de Bacchus, Mamadou Ndiaye, pêcheur de 39 ans, n’honore pas sa famille. Célibataire et  père d’un enfant, l’ivrogne qui est décrit comme un homme très belliqueux et  dangereux, perd tout contrôle, dès qu’il prend quelques gorgées d’alcool. Alors, pour un rien, il s’en prend aux membres de sa famille. D’ailleurs, son  père, retraité vivant à Louga, n’est pas épargné par l’indélicat ivrogne, qui a franchi le Rubicon en lui assénant un violent coup à la tête à l’aide d’une bouteille de bière.

Les faits remontent au 14 mai passé. Ce jour-là, après une petite escapade en ville, Mamadou Ndiaye retourne à la maison en titubant et tenait entre ses mains une bouteille de bière. Arrivé à destination, il pense que sa demi-sœur, qui dormait dans sa chambre, était seule dans la demeure. Certainement attiré par la forme généreuse de celle-ci, il la surprend et essaie d’entretenir avec elle des rapports sexuels. La victime, pour échapper à la furie de son hôte, a crié pour ameuter les gens. C’est ainsi que son père adoptif (et papa de son bourreau) qui égrenait son chapelet à l’intérieur de sa chambre, a entendu les cris de détresse, avant de la secourir. Mieux, il a intimé l’ordre à son fils de ne plus rôder autour de la jeune fille. Jugeant déplacés les propos de son père, Mamadou Ndiaye a voulu laver l’affront.  Alors, quand le vieux retraité est retourné sur sa natte de prière, son rejeton, qui suivait ses moindres faits et gestes, l’a surpris par derrière,  lui assénant un violent coup à la tête à l’aide de la bouteille de bière.  La  victime s’est évanouie sur le coup. Acheminé au centre hospitalier régional,  Amadou Sakhir Mbaye, le vieux Ndiaye a finalement été transféré à Dakar, pour une meilleure prise en charge médicale. Cependant, avant de rallier la capitale sénégalaise, le père meurtri, disposant d’un certificat médical attestant une Incapacité temporaire de travail (Itt) de 6 jours, a porté plainte contre son fils.

Mis aux arrêts par la police, le mis en cause a reconnu les faits à lui reprochés durant l’enquête préliminaire : «J’ai agi sous l’emprise de l’alcool. J’avais beaucoup bu, c’est pourquoi, j’ai blessé mon père», avait-il avoué. Placé sous mandat de dépôt le 16 mai passé, Mamadou Ndiaye, impliqué aussi dans une autre affaire de vol, a été attrait hier devant la barre du Tribunal d’instance de Louga. Face au juge Fall Ababacar Sy, le prévenu a complètement changé de fusil d’épaule. «Je me battais avec mon jeune frère. Les autres membres de la famille ont pris sa défense et s’étaient mis à me frapper. Quand mon père est venu pour nous séparer, il a été bousculé et a cogné sa tête sur le mur. Ma famille veut me faire porter le chapeau, mais je ne suis pas l’auteur des faits», s’est-il défendu. Sans convaincre le substitut du Procureur Ibrahima Faye, qui est d’avis que le prévenu est coupable des faits à lui reprochés. Pour la répression, il a requis une peine de 2 ans ferme, à l’encontre de Mamadou Ndiaye. Après délibéré, «l’indélicat fils» a été condamné à 2 ans, dont 6 mois ferme.