Un faux policier rackette d’innocents citoyens

Tous les moyens sont bons pour s’en sortir. En effet, le nommé Ansou Sadio a usurpé la fonction de policier pour procéder à la vérification des pièces d’identité, à des heures tardives. Ceux qui n’en disposaient pas devaient mettre la main à la poche pour être libres. Ses agissements seront portés à la connaissance des vrais policiers qui l’ont arrêté.
Le sieur Ansou Sadio a usurpé la fonction de policier pour soutirer de l’argent à d’honnêtes citoyens. El Hadji Malick Sy, étudiant à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, a été victime de ses agissements, un jour, vers les coups de 22. En effet, après lui avoir demandé et obtenu sa carte d’identité, le faux policier l’interpellera sur l’objet de sa présence dans les parages, à pareille heure. Mieux, il lui demandera la somme de 6000 francs, pour éviter de se retrouver en prison. Quand Malick Sy lui a notifié qu’il n’avait pas d’argent, le faux policier lui intima l’ordre de le suivre à la police. L’étudiant, croyant avoir affaire à un vrai limier, a imploré le pardon. A quoi, Ansou lui rétorquera que seul le commandant pouvait lui pardonner. Dans les locaux du commissariat de Dieuppeul, Ansou Sadio s’est dirigé vers les vrais policiers, avant de revenir vers El Hadji Malick Sy pour lui dire qu’il rabaissait la somme à 2000 francs. Ce, en lui faisant croire que sa situation pourrait être pire, si les autres agents s’en mêlaient.
Ferré par son bourreau, l’étudiant s’exécuta, la mort dans l’âme, tout en suppliant le faux policier de lui remettre des pièces pour qu’il puisse rentrer. Ansou lui donnera 400 francs et sa pièce d’identité. Sur le chemin du retour, El Hadji Malick Sy rencontrera Ousseynou Fall à qui il contera sa mésaventure. Ce dernier lui conseillera d’alerter les vrais policiers qui appréhendèrent le mis en cause vers le collège Saldia. Une fouille corporelle a permis aux hommes en tenue de retrouver par devers lui la carte d’identité de Lamine Baldé, une autre victime qui avouera avoir pris la fuite, lorsqu’il a été interpellé par le faux policier. Niant les faits, Ansou prétextera être en promenade, au moment de son interpellation, précisant être habillé en tenue de sport, pour justifier l’insigne de la gendarmerie. Déclarations qui n’ont pas convaincu les enquêteurs qui l’ont placé en garde à vue, avant de le déferrer devant le maître des poursuites. Affaire à suivre.
Rewmi