Un espagnol à la barre pour filouterie portant sur plus de 22 millions

Un dossier d’abus de confiance et d’escroquerie portant sur plus de 22 millions de nos francs  sera ouvert le 18 avril prochain par  les juges du tribunal des flagrants délits de Dakar. Cette affaire initialement  prévu pour ce mercredi,  concerne J. A. Castros.  D’origine espagnole, ce prévenu  a sollicité le renvoi  pour deux raison. Il s’agit non seulement de la présence d’un avocat mais aussi, celle d’un interprète espagnol-français. L’affaire  remonte au 28 mars dernier. Ce jour-là, M. Lignon a porté plainte contre Castros pour abus de confiance et escroquerie portant sur 35.000 euros soit   environ 22.925.000 de  francs  Cfa. Il est mentionné, dans  le procès-verbal,  concernant  cette affaite  qu’en septembre 2015, la plaignante a fait la connaissance du prévenu par le biais de son compatriote Jaime. Ainsi, agent immobilier de son état, Mme Lignon part de son désir de mettre sur pied une agence immobilière avec Castros. Par la suite, il lui a expliqué que le Sénégal offre des opportunités intéressantes dans ce domaine. Ainsi, après   la  conversation  la dame est allée  rencontrer Castros   pour  finaliser le projet. Sur  place, elle lui a remis la somme de 22.925.000 de francs Cfa  pour la création de la dite agence immobilière. Cette agence devait  porter  le nom d’AICO. Mais dès son arrivé arrivée à Dakar, la plaignante a eu la surprise de sa vie. Car,  même si  le prévenu a certes crée l’entreprise mais l’argent récolté a été utilisé à des fins personnelles. Le mis en cause a fait savoir à sa patronne qu’il a utilisé l’argent pour les frais   pour   régler  trois chose. Il s’agit d’abord de  l’’hébergement de son associé Jaime,    puis  la création de la société et  en fin  la location des bureaux.    Pour   justifier ce   détournement d’objectif, il a justifié dans le procès-verbal d’enquête préliminaire, le prévenu a aussi indiqué : n’avoir reçu que la somme de 2000 euros équivalant 1.310.000  francs  CFA des mains de Jaime.  En ce qui concerne  l’argent de l’agence, il a avoué  avoir reçu des sommes d’argent

Ne se   limitant aux explications de son associé, la plaignante  a    pris  la   décision de  faire ses investigations. Ce qui l’a mena chez le  propriétaire de l’immeuble qui abrite sa société. Une fois sur   place,   le   propriétaire  lui a fait savoir que les locaux ont été loués à la société pour un montant de 2 millions de francs.

Pour faire jaillir la lumière sur cette affaire, le propriétaire de l’immeuble a été entendu  par les enquêteurs. En sa  qualité de témoin, il a informé que Castros a cohabité pendant un an avec Jaime et que la société AICO est créée à son nom.  Le propriétaire de l’immeuble a également fait comprendre aux enquêteurs  que Castros avait été incarcéré dans  le passé   pour une affaire similaire. L’affaire a été renvoyée pour être jugée le 18 avril prochain.