Un clandestin Sénégalais gagne 400.000 euros au Loto

Un Sénégalais arrivé en Espagne à bord d’une embarcation de fortune a gagné 400.000 euros à la loterie de Noël espagnole, en Andalousie où il a travaillé dans des serres, a annoncé mercredi un journal local.
« Je n’arrive pas à y croire, si je vous disais que je n’avais même pas cinq euros » en poche, s’est exclamé mardi ce Sénégalais de 35 ans, Ngame, temporairement sans travail, interviewé par le journal La voz de Almeria, dans la ville touristique et agricole de Roquetas de Mar.
Une pluie de 140 millions d’euros est tombée sur cette ville de 92.000 habitants de la province d’Almeria: le premier prix de la Loterie de Noël doit être réparti entre la multitude d’acheteurs des tickets de la série gagnante.
« J’ai rencontré ce Sénégalais à la boutique de la loterie, avec sa femme, il avait dans les mains son ticket gagnant » pour 400.000 euros, a raconté à l’AFP la journaliste de La voz de Almeria, Noelia Lazaro, qui a signé l’article.
Ngame lui a alors expliqué qu’il était arrivé il y a huit ans sur l’île espagnole de Tenerife, dans l’archipel des Canaries, à bord d’une embarcation de fortune, avec sa femme, pour gagner ensuite Almeria.
« Nous étions 65 personnes à bord et c’est grâce aux Espagnols que nous sommes ici, ils nous avaient sauvé quand nous étions déjà dans l’eau » après avoir fait naufrage, a-t-il assuré. Ensuite, sa vie ne fut pas facile, à enchaîner les emplois temporaires sous les serres des exploitations agricoles, jusqu’à se retrouver sans travail.
« Roquetas est connue, tout comme El Ejido, comme le garde-manger de l’Europe, car d’ici sortent l’essentiel des légumes consommés par les Européens », a expliqué à la télévision publique un adjoint au maire, José Juan Rodriguez.
Le gros lot sera « une vraie bénédiction » pour la ville, a dit l’élu, car « le taux de chômage a énormément augmenté ces dernières années avec la crise, et atteint les 30% ».
Roquetas de Mar fait partie de l’une des vastes zones maraîchères d’Europe, surnommée « la mer de plastique », parce que des dizaines de milliers d’hectares de serres s’y agglomèrent à perte de vue.
Main-d’oeuvre à bon marché, les immigrés font tourner cette agriculture intensive, à des coûts de production extrêmement faibles, leur salaire étant encore plus bas s’ils sont clandestins.
Communiqué