Un charretier lui réclame 400.000 CFA avant la Tabaski…Makhtar Cissé va-t-il réparer le tort de la Sénélec ?

Le propriétaire du cheval électrocuté par un panneau publicitaire de la Sénélec en juillet dernier dans la commune de Mbacké sort de sa réserve et dénonce. Oumar Ba dont le cheval est mort sur le coup après une décharge électrique sur la bête qui tirait une charrette, interpelle directement le Dg de Sénélec. «J’avais acheté ce cheval à 400 000 après avoir vendu mes récoltes pour travailler ici à Mbacké. Mais depuis que le cheval est mort, je n’arrive pas à entrer dans mes fonds. Je n’ai pas voulu porter plainte car ce jour, c’est la Sénélec qui avait commis un huissier pour constater le décès de la bête», explique-t-il.
Il souligne même que «les dossiers ont été envoyés à Dakar, selon le chef d’agence, mais depuis lors, on ne parle plus de mon dédommagement alors qu’ils avaient accepté la responsabilité de l’entreprise dans cette affaire. Je ne disposais que de cette charrette pour nourrir ma famille», dit- il larmes aux yeux. D’une voix tremblotante, il supplie le Dg de la Sénélec de lui venir en aide. «Je demande au patron qui se trouve à Dakar de m’aider. C’est bientôt la Tabaski et je n’ai rien pour ma famille. J’ai besoin de cet argent pour acheter un autre cheval». Sera-t-il entendu par Makhtar Cissé ?