Tous ses amis « passent » sur son épouse en son absence

Les faits qui défraient la chronique dans la cité du rail sont imputés à des pères de famille des quartiers Médina Fall, Grand-Thiès, Mbambara ou encore Diamaguene où se sont déroulés ces actes de viol sur la femme d’autrui, déficiente mentale de surcroît.

Ses bourreaux, des pères de famille, profitaient de l’absence du mari de la dame pour inviter cette dernière à entretenir des relations sexuelles, l’entraînant parfois dans un bâtiment en chantier. Selon L’Observateur qui donne l’information, ces hommes, curieusement, entretenaient d’excellentes relations d’amitié avec le mari cocu.

La fouille du téléphone portable de la dame, suivie d’une reconstitution des faits, permettra aux limiers du commissariat central de Thiès de retracer les appels reçus par la dame et les lieux de rendez-vous. Certains parmi les mis en cause ont toutefois réfuté les faits, du fait que la dame ignorait leur nom à l’état civil.

A.Kholé, M. Sèye, M. Touré, S.M. Thiam, B. Fall et S. Samb ont été déférés pour viol de la dame A. Ndiaye domiciliée à Diamaguene.