Touba-Mbacké : Les correspondants de presse à la solde de politiciens et religieux

A n’en pas douter. Pour tout l’or du monde, les correspondants de presse de Touba- Mbacké ne rêveraient de servir dans la capitale, Dakar. Pour ces journalistes mercenaires de la plume, ce serait une sanction. Les patrons de presse refuseraient de les payer qu’ils ne sentiraient pas cette privation de salaire. Ils vivent bien à Mbacké et à Touba où ils sont bien chouchoutés par les politiciens et religieux. Si bien gâtés qu’ils souhaitent qu’il n’y ait pas un seul jour sans point de presse. En pareilles occasions, ils sont des rois puisque bien rétribués par les organisateurs de ces rencontres. Chaque religieux et politicien ayant son correspondant qu’il engraisse. Des papiers de ces journalistes sont ainsi monnayés au prix fort. Du coup, c’est la guerre fratricide entre confrères, chacun voulant s’attacher les services du politicien ou du marabout. Tout ça pour l’argent des points de presse. Il est temps que ces correspondants – mercenaires cessent de mettre la pression sur les politiciens et religieux qui leur font vivre mieux que leur patron.

Redaction Baolinfo

1 Comment

  1. Et toi tu ne fais pas partie de ces correspondants véreux. pourtant tu pouvais en faire partie si tu avais l’opportunité. mais hélas tu n’es ni correspondant d’aucun organe, encore moins journaliste. jalousie quand tu nous tient, adieux la raison et la conscience. tous tes agissements ne sont que du complexe d’infériorité. dieux sait que tu voulais être comme eux. tu voudrais avoir toi aussi ton religieux, ou ton politicien qui t’entretient. mais hélas tu n’es pas journaliste, tu n’es pas correspondant d’organe crédibles. Con-frère, laisse tes confrères tranquille way stp…

Les commentaires sont fermés.