Thierno Bocoum analyse la mise en place du PUDC…Une urgence qui justifie l’échec d’une politique

Dans un entretien avec nos confrères de Libération, Thierno Bocoum, chargé de communication du parti Rewmi et député à l’Assemblée nationale analyse le PUDC comme un aveu de taille de l’échec de la poplitique sociale du Président de la République :
« Tout ce que fait le pouvoir ne peut pas être mauvais. Seulement, il ne faut pas être dans une logique simpliste de présentation d’un bilan. Fêter un investissement que les recettes du pays couvrent amplement, c’est s’auto-glorifier sur un non-événement. Quand il faut ramasser, se courber n’est pas un acte de haute portée. N’importe quelle personne valide peut s’acquitter de la tâche. L’évaluation d’une bonne politique doit s’accentuer sur les stratégies à mettre en œuvre pour mettre le pays sur les rails du développement. Et, ces stratégies doivent être conformes à la réalité économique et sociale du pays.
Aujourd’hui, une pose de première pierre nous coûte cher, pareil pour l’inauguration d’un édifice. Avec nos maigres ressources, on fête beaucoup et on politise à tout va, alors que les urgences attendent. Le Programme d’urgence développement communautaire (Pudc) du Président Macky Sall est un aveu de taille. Pendant trois ans, on a fêté des détails et des urgences ont été ignorées.
Quand les populations de Guanguel Maka Mboudi dans le Fouta boivent de l’eau du marigot et qu’on trouve l’urgence de les se- courir trois ans après l’accession au pouvoir du Président, c’est parce qu’on s’est assis pendant trop longtemps sur les promesses du candidat qui a déclaré avoir fait trois fois le tour du Sénégal et qui disait vouloir soulager les populations » a déclkaré Thierno Bocoum dans Libération du vendredi