Sommet Africités : Khalifa Sall lance un appel aux populations africaines

Le maire de Dakar et président de l’organisationn « Cités et Gouvernements locaux d’Afrique » (CGLU-A), Khalifa Sall, a invité, dimanche à Johannesburg (Afrique du Sud), les populations africaines à être les maîtresses de leur destin, afin de ne plus « tendre la main tout le temps ».

’’Les populations africaines doivent concevoir, conduire et réaliser les actions afin d’être maîtresses de leur destin, et non plus tendre tout le temps la main », a souligné le président de CGLU Afrique, qui intervenait à l’ouverture, à Johannesburg, de la 7e édition du Sommet Africités, présidée par le ministre sud-africain du Plan, Jeff Radebe.

« Le CGLU-Afrique doit être forte, rassemblée et unie autour des mêmes objectifs de développement de la gouvernance locale dans la mesure où les populations en ont assez des divisions », a relevé le maire de Dakar, qui a invité à « penser global et agir local ».

Pour sa part, le ministre sud-africain du Plan, Jeff Radebe, a invité les gouvernants, les élus locaux, la société civile et les populations africaines à une prise de conscience collective sur les enjeux liés à la démographie, à la disponibilité des infrastructures et la demande sociale.

M. Radeba a, dans son intervention, mis également l’accent sur les menaces que constituent les carences en eau, la sécheresse et les changements climatiques.

Le ministre sud-africain du Plan, qui a ouvert le Sommet axé sur le thème « Construire l’Afrique avec ses populations, la contribution des autorités territoriales d’Afrique à l’Agenda 2063 de l’Union africaine », a estimé que les collectivités locales doivent être des moteurs de croissance, grâce à une bonne planification.

Le maire de Johannesburg, la ville hôte, Parks Tau a relevé, après avoir présenté sa cité, que les collectivités locales africaines ont une immense contribution à apporter à la réalisation de la Vision 2063 de l’Union africaine, telle qu’énoncée dans la Charte africaine sur les valeurs et les principes de gouvernance et de développement local.

« La Charte nous enjoint de réaliser ses objectifs principaux dont deux ont un intérêt direct pour ce sommet », a indiqué M. Tau.

Il s’agit, a-t-il relevé, de promouvoir, de protéger et de faire office de catalyseur pour la décentralisation, la gouvernance locale et le développement local en Afrique mais aussi de plaider pour les collectivités locales et la démocratie locale en tant que pierres angulaires de la décentralisation dans le continent.

« Nous devons construire de solides associations de collectivités locales engagées dans la participation citoyenne, le développement qui change la donne, la bonne gouvernance et l’unité », a prôné le maire de Johannesburg au Centre de Congrès de Sandton.

L’adjoint au maire de Paris, Patrick Klugman a, quant à lui, manifesté la compassion des Parisiens pour les populations des villes de Bamako et Tunis, touchées par les attentats, avant de souhaiter la création de « villes plus saines, plus sécurisées et plus inclusives ».

La commissaire aux Affaires politiques de l’Union africaine,
Aîcha Abdulai, a invité les penseurs et tous les acteurs sociaux à aider à la transformation de toutes les idées développées dans l’Agenda 2063 en plans concrets.

Thabo Manyoni, président de l’Association sud-africaine des
gouvernements locaux (SALGA), a conseillé de « ne pas avoir peur de la démographie galopante, mais au contraire de la considérer comme un avantage et de bien la gérer ».

Le Sommet se poursuit ce matin avec des sessions thématiques,
des rencontres entre autorités locales et des partenaires au développement.

Le salon ouvert parallèlement permet aux acteurs et partenaires voulant nouer des conventions avec les autorités territoriales de proposer leurs services et produits.