Senhuile démarre une campagne de culture du Riz sous une forte contestation

Comme annoncé à la presse sénégalaise par son patron Massimo Castellucci le 07 avril dernier, Senhuile a démarré depuis quelques jours une campagne de culture de riz présentée comme sa participation au programme d’autosuffisance que s’est fixé l’État du Sénégal d’ici 2017. Problème, le moment choisi pour démarrer cette spéculation ainsi que les licenciements tous azimuts opérés dernièrement par Senhuile soulèvent de sérieuses questions sur la finalité de cette campagne et l’optimisme sans réserve affiché à ce sujet par la direction depuis quelque temps. En annonçant que
Senhuile ambitionne d’exploiter 850 ha de riz en 2015, en plus de 2000 ha de riz d’ici 2017, le directeur Massimo Castellucci ajoutait que c’était un défi difficile à relever, mais, disait-il, l’équipe de Senhuile est bien engagée, motivée et experte. Or, malgré cette expertise annoncée, Senhuile vient de démarrer une campagne de culture de riz pratiquement à la fin du mois de mai, une période peu propice dans cette partie du Sénégal à la culture de cette spéculation, si l’objectif véritable est de faire de bonnes récoltes.
En effet, les risques sont grands, voire évidents, que dans les trois prochains mois, quand la spéculation sera au stade de la maturation, les plans de riz soient agressés par les pluies hivernales qui tombent généralement dans la zone au risque de pourrir ou faire germer les grains de riz avant même qu’ils ne soient récoltés. De quoi préparer les compagnies d’assurances à compenser les prochaines pertes qui peuvent être énormes si la pluie ne fait pas faux bond et si l’hivernage est au rendez-vous. D’ailleurs, plusieurs travailleurs parmi ceux ayant eu la baraka de préserver leurs postes, se sont ouverts à nos confrères d’EnQuête sous l’anonymat pour s’en inquiéter en vertu de leur expérience du terrain et de leur vécu à Senhuile. Des inquiétudes qui, selon eux, sont surtout liées à l’ampleur déclinée de cette campagne. Déjà 100 hectares ont été emblavés en attendant 750 autres hectares, comme annoncé par M. Castellucci. Or la direction de Senhuile a procédé à des licenciements massifs parmi ses journaliers et s’est séparé d’une grande majorité de ses contractuels. En somme, il y aura moins de travailleurs pour de grandes surfaces de riz cultivées à une période critique nécessitant une plus grande attention si l’objectif véritablement visé est de faire de bonnes récoltes dans le cadre de l’autosuffisance en riz. A suivre…