Scandale à Kédougou : Un enseignant enlève son enfant de l’école et le transforme en berger

La scolarisation des enfants  est en train d’être compromise par certains acteurs du système au moment où l’Etat injecte beaucoup de ressources dans le secteur pour améliorer les conditions d’apprentissage des enfants.

Il s’appelle Y B (nom d’emprunt) 13 ans et vit avec son père et ses deux tantes dans un village du département de Kédougou. Son récit dépasse l’entendement à l’heure où l’Etat et les différents partenaires au développement engagent une bataille collective pour améliorer la qualité de l’Education.

C’est mon papa qui sait ce que je dois devenir..

« Je suis sorti de l’école cette année au moment où je devrai être en classe de cinquième au collège. C’est mon papa qui m’a demandé d’arrêter les études et de m’occuper du troupeau puisqu’il n’a pas trouvé de berger qui pourrait faire ce travail à ma place. C’est mon papa qui sait ce que je dois devenir, c’est lui qui décide pour moi. Je n’aime pas suivre les troupeaux  mais je suis obligé de le faire » a témoigné Y B.

En agissant de la sorte, ce parent ne s’est aucunement préoccupé du droit à l’expression de son enfant.

« Après m’avoir sorti de l’école, si mon papa m’avait demandé mon avis, j’aurais choisi l’apprentissage de métiers comme celui du tailleur, du soudeur ou du mécanicien. Depuis longtemps, ma mère a divorcé avec mon papa. Ça me fait mal de voir tous mes égaux aller à l’école  sans moi » a laissé entendre Y B.

Ça me fait mal de rester à faire le petit berger

Malgré sa forte ambition de pratiquer une autre activité, cet enfant ne sait que faire pour échapper aux griffes de son géniteur.

« Si mon papa n’était pas là, je ferais autre chose que de garder le bétail. Ça me fait mal de rester à faire le petit berger .Cela me très mal. Seul en brousse, je souffre beaucoup. Je me blesse, je me fais piquer par des bestioles et je vois toutes sortes de serpents. Nous passons souvent toute la journée en brousse sans manger. C’est vraiment dur de courir derrière les animaux. Si les animaux détruisent les champs d’autrui, les propriétaires nous fouettent. Si des animaux s’égarent, on nous oblige à aller les rechercher dans la brousse ».

 

Interpellé sur le motif  qui l’aurait poussé à sortir son enfant de l’école, l’enseignant affirme s’être inquiété de l’état de santé d’Y B. Mis mal à l’aise par notre interrogatoire, le sieur à jeté tout bonnement « C’est mon enfant, j’ai tout pouvoir sur lui. Il n’a aucune envie d’étudier c’est pourquoi, je l’ai sorti de l’école. Je verrai s’il est possible de le réintégrer dans le circuit l’année prochaine».

Dans la région de Kédougou, ils sont nombreux ces enfants dont les droits à l’Education et à la protection sont violés au quotidien. Doit-on continuer à taire ces genres de situations dans cette région ?

 

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com