Révélations sur un assassinat : Lamine Senghor tué pour une cigarette

Comme annoncé par un communiqué du ministère des Affaires étrangères, le meurtrier présumé de Lamine Senghor a été épinglé par la police. Nous en savons désormais davantage sur les raisons de cet acte ignoble. Un ami de la victime, témoin des faits, a expliqué aux limiers que cette dernière a eu une altercation avec un individu au niveau Teor Jaurès-Hôtel de ville, sur l’avenue. C’est par la suite qu’il a entendu des cris et vu Lamine Senghor se tenir le thorax alors que son bourreau tenait à la main un petit couteau, révèle « Libération ».

« L’autopsie a confirmé les premières constatations, à savoir que le coup de couteau a été immédiatement mortel. Porté au sternum, il a tranché l’aorte et déclenché une hémorragie massive, accélérée par le fait que la victime a tenté de poursuivre son agresseur sur quelques dizaines de mètres », a détaillé le procureur de la République de Rouen, Jean-François Bohnert. Et aussi invraisemblable que cela puisse paraître, l’individu a mis un terme aux jours de l’émigré sénégalais pour une histoire de cigarette. Il y a quelques semaines à peine, dans le parc Allende, M.B. a demandé une cigarette à un homme. Face au refus de ce dernier, il l’a fauché d’une balayette. C’est un témoin proche de la scène qui est intervenu, mettant en fuite l’agresseur. Selon des témoignages recueillis, Lamine Senghor était présent sur les lieux ce jour-là et a pu suivre la scène à distance. Ce qui est sûr, c’est que la police française n’a pas encore confirmé la thèse de la cigarette à ce stade de l’enquête.