Réponse à l’appel de Macky Sall

Pour une fois j’ai vu chez Aliou SALL un comportement conforme au niveau intellectuel en adéquation avec son profil professionnel. En effet il y a des choses que rien que le bon sens devrait nous empêcher de désirer, encore moins de faire ; je n’ai pas compris pourquoi Aliou SALL a eu un moment d égarement qui l’a poussé à croire qu’il pouvait « hériter » de l’UAEL sans coup férir.
Même s’il a éloquemment déclaré que son élection avait eu lieu à l’unanimité, il n’a pas mesuré ou deviné que ce silence tacite, cette acceptation débonnaire de ses collègues cachait en réalité un traquenard pernicieusement préparé dans lequel il est ingénument tombé. La preuve, le tollé médiatique que cela a suscité l’a totalement surpris. Ce tollé ne relève pas du hasard.
J’ose simplement croire que Monsieur Aliou SALL, que j’estime beaucoup, a retenu la leçon. Un rappeur dans un éclair de lucidité clamait dans une de ses chansons qu’il ne resterait aucun parent à quiconque décidait de trucider tous ses ennemis mortels.
Les ennemis de Monsieur SALL se sont dévoilés désormais. J’espère qu’il pourra dorénavant compter ses amis. Il ne doit pas avoir maintenant la peur d’avoir gagné. Quelles que soient les petites combines et les lugubres arrangements qui ont abouti au renoncement de ses adversaires politiques à Guédiawaye, c’est lui que les populations ont élu, de la manière la plus démocratique, comme elles ont sanctionné il y a cinq ans, un certain Karim WADE, librement. Ce qu’il adviendra de son engagement politique sera ce qu’il en fera, au bénéfice ou au détriment de l’APR. Il est certes vrai selon ses dires qu’il ne doit rien à MACKY, mais sa disgrâce ou son échec auront les mêmes conséquences que l’échec de Karim WADE pour son père.
J’ose croire qu’il a les ressources et la clairvoyance pour éviter de sombrer, et d’entrainer MACKY dans son naufrage !
Le piège le plus cruel à éviter pour que cela ne lui arrive pas lui est tendu par ses frères de parti, et ils ne renonceront pas. Un homme averti en vaut deux.
Je profite de ma tribune pour lancer un appel solennel à MACKY. Si vous voulez une paix des braves ou mieux intéresser les honnêtes citoyens imbus de vertu républicaine à vos projets et à votre politique générale d’impulsion du développement économique de notre pays, commencez par vous débarrasser des feuilles mortes qui forment votre entourage. Vous avez un programme qui repose sur une vision que vous avez voulue la plus claire possible, le PSE a décliné la stratégie et les actions prioritaires, mais vous n’avez encore ni les hommes ni l’équipe capable d’atteindre les objectifs de votre PSE.
Au contraire, vous êtes entourés d’une escouade d’énergumènes pour certains aussi ignares qu’incompétents qui vous desservent sur tous les plans, et coutent chers à notre pays sans être performants. Si en plus ce sont des scories politiques dont l’impertinence dans les propos et l’insolence dans le comportement sont unanimement décriées par la population et même dans les rangs de votre propre formation politique, vous ne pouvez recevoir comme réponse à votre appel que ce que les sénégalais dignes manifestent à votre encontre : une radicalisation et un mépris qui n’a d’égal que leurs complaintes devant votre manque de poigne, et d’autorité.
Ressaisissez-vous, secouez le baobab. Le Parti socialiste a échoué en quarante ans à développer notre pays. Aujourd’hui son jeu de yoyo a fini de lasser la nation toute entière. Le PIT toujours gagnant jamais partant n’a jamais rien fait pour nous. Ce parti doit sa survie aux délires de son ex leader, éternel assisté. Après Me WADE qui l’a maintenu en vie, il survit à vos côtés. Il a perdu toute crédibilité, à force de débiter des débilités qi l’ont totalement décrédibilisé. Quant à l’AFP, vous devriez être gêné d’avoir comme collaborateur un homme qui aura réussi à servir quatre Présidents de la République, qui aura blanchi sous le harnais de l’administration, auquel on ne connait aucun héritage et qui est milliardaire malgré tout !
J’avais parlé dans un de mes articles d’un scandale qui guettait la Douane, sans que cela attire l’attention : je ne suis pas étonné de constater que 10 milliards auraient été dérobés du trésor public, et que le principal cerveau est en fuite. Quand nous découvrirons le fin mot de cette histoire, nous serons scandalisés. Mais comme Me WADE l’avait dit et comme MACKY l’a confirmé, nous avons tellement l’habitude des scandales qu’on les assimile rapidement et ils sont oubliés aussi vite qu’ils avaient éclaté.
C’est d’autant plus vrai qu’en trois ans, MACKY a battu le record de marchés passés par entente directe que détenait Me WADE, et tout le monde s’en fout. Tout autant que du scandale Mittal, de l’affaire Petro tim, et j’en passe.
Le pouvoir est dans la rue. Notre temple du pouvoir est envahi par des courtisans qui mangent à la table de MACKY, reçoivent des millions de la main de Maréme et sortent étaler la petite vie des petites gens qui occupent ce haut lieu de solennité, pour ensuite vilipender bêtement les brindilles qui pendent aux yeux des sénégalais sur les ondes, en oubliant les poutres qui pendent à leurs yeux.
Sous la coupe réglée d’experts en tout et en rien, MACKY aura même battu le record d’être l’otage pendant cinq heures de temps d’une bande de journalistes sous le prétexte d’une rencontre avec la presse, sa presse, autour des sujets d’intérêt national. Le jeu en valait-il la chandelle ?
Si vraiment vous souhaitez que les sénégalais vous soutiennent, adhérent à votre politique et acceptent à vos cotés de servir leur pays, commencez par respecter vos engagements : dotez par exemple les collectivités locales de moyens adéquats, pour en faire comme vous vous y étiez engagé des territoires compétitifs et viables, porteurs de développement durable.
Couper les vivres aux collectivités locales, retarder le parachèvement de l’acte III en bloquant le retour de la loi à l’Assemblée nationale, laisse transparaitre une velléité d’empêcher vos adversaires politiques de présenter un bilan qui fera basculer les prochaines législatives et vous imposer une cohabitation. Dans la perspective d’un mandat de sept ans, ce n’est surement pas le scenario imaginé par vos stratèges politiques !
Malheureusement, ce ne sont pas vos adversaires politiques que vous combattez, ce sont des territoires entiers, des millions de compatriotes sénégalais que vous privez de formidables opportunités. Vos promenades sous formes de conseils des ministres décentralisés qui ne sont suivis d’aucun résultat concret ont fini par les convaincre que vous faites peu cas de leur survie.
Me WADE était le Président des grands travaux, vous êtes celui des inaugurations par usurpation, et surtout celui des poses de première pierre. Allez demander à ceux qui étaient présents à la pose de la première pierre de l’autoroute Ila Touba ce qu’ils pensent désormais de vous!
Aujourd’hui les sénégalais aspirent à un climat politique apaisé, à la satisfaction de leurs problèmes primaires de survie et à un mieux être : une étude sérieuse a démontré que les salaires au Sénégal ne couvraient que 40% des besoins primaires des travailleurs. Vous en savez quelque chose.
Nous voyions en vous un Président de rupture, un leader en phase avec son époque, un guide capable de construire notre futur, en rompant définitivement avec notre passé. Vous avez décidé inexplicablement de construire ce futur avec les hommes du passé qui ont fait la preuve de leur impuissance sur tous les plans.
Quant à nous, par devoir et par patriotisme, nous sommes résolument engagés dans la lutte au quotidien pour changer notre pays. Prenez le même chemin que nous, Président.
Alors vous aurez la preuve que seules les montagnes ne se rencontrent pas.
Cissé Kane NDAO
Président de l’Alliance Démocratique pour la République-A.DE.R