Quatre commerçants arrêtés avec 1 185 boîtes de produits aphrodisiaques

Les éléments de la brigade de la gendarmerie territoriale de Thiaroye ont arrêté, ce samedi, quatre commerçants au marché de Thiaroye avec 1 185 boîtes de médicaments aphrodisiaques venant de la Chine. Ils ont été déférés hier au parquet.

Les produits aphrodisiaques ont la cote au Sénégal. Au point que 4 autres commerçants aient été arrêtés, le samedi dernier, en possession de 1 185 boîtes de comprimés aphrodisiaques. La marchandise est estimée à 2,652 millions de F CFA. Elle a été saisie, lors d’une mission de patrouille pour la protection des personnes et de leurs biens menée dans le secteur du marché de Thiaroye. Elle a été saisie auprès des commerçants A. Seck, C. Thiam, A. Ndiaye et F. Seck, tous propriétaires de cantines dans ce marché.

Le quatuor s’active dans la vente de produits cosmétiques. C’est une fouille de leurs cantines par les hommes de l’Adjudant Abdoul Aziz Kassé, commandant de la brigade de la gendarmerie de la localité, qui a permis cette découverte. Nos sources informent que parmi la marchandise saisie, il y a d’autres  médicaments qui ne sont pas encore identifiés, vu que c’est écrit en langue chinoise.

Acheminés dans les locaux de la brigade, les 4 mis en cause se sont expliqués sur les faits qu’on leur reproche. Il ressort de leurs différentes auditions que les médicaments sont venus directement de la Chine, il y a de cela quelques mois. Les uns ont déclaré y être allés, il y a de cela 4 mois. D’autres, moins longtemps que cela. Ils ont, dans leur entièreté, reconnu les faits d’importation frauduleuse, de détention de produits cosmétiques, d’exercice illégal de la pharmacie et tromperie sur la qualité substantielle.

Ce coup de filet des hommes de la brigade de la gendarmerie territoriale de Thiaroye intervient après un autre réussi de main de maître, la semaine dernière. Les pandores avaient alpagué 4 opérateurs économiques qui détenaient par devers eux 55 tonnes de pommes de terre impropres à la consommation, d’une valeur estimée à 15,400 millions de F CFA. Ils avaient été remis entre les mains du Procureur de la République pour les faits de tromperie sur la qualité substantielle et vente de produits impropres à la consommation.