Quand Xalima décortique les mensonges diplomatiques de Macky

Macky Sall, sans consulter l’Assemblée Nationale, a décidé d’envoyer 2100 soldats Sénégalais pour « soutenir » l’Arabie Saoudite en guerre à Yemen contre les forces rebelles houthistes. L’annonce a été faite, devant des députés, par son ministre des affaires étrangères, Mankeur Ndiaye.

Le service politique de Xalima, s’est procuré de l’intégralité de la lettre du président de la République et en a relevé des contrevérités sous forme d’accusations graves .

Opération décorticage

1 Les Houthis sont-ils des terroristes comme l’a dit le président de la République ?

Non.

Macky Sall, dès les premiéres lignes de son texte, accuse de « terroristes » les Houthistes chiites : « Depuis plusieurs mois, des forces terroristes (les Houthis : NDLR) occupent le Yémen, après avoir renversé les Institutions légitimes du pays et menacent l’intégrité territoriale de l’Arabie Saoudite».

Cette déclaration de Macky Sall est grave : soit que le président ne maitrise ce qui se passe sur le terrain , soit il fait dans l’intox pour rallier les Sénégalais à sa décision. Les forces Houthiess ne sont pas des terroristes, ni dans leurs revendications, ni dans leurs d’opérations. Ils sont des rebelles, en conflit avec l’autorité centrale de Yemen qu’ils accusent de mener une politique d’exclusion et de marginalisation à leur encontre. Cette politique a non seulement appauvri le Nord Ouest du pays dont se trouve leur bastion ancestral, Saada, mais les a éloignés du pouvoir politique et administratif. C’est pourquoi aujourd’hui ils demandent leur autonomie. Donc le problème est loin d’être religieux, il est d’abord socio-économique, tribal et politique comme le relève, Thomas Juneau, professeur à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa au Canada sur le site de Radio Canada : « Le Yémen est très divisé. Les élites tribales, politiques et religieuses s’opposent les unes aux autres pour obtenir la plus grosse part du gâteau possible. À l’origine, l’insurrection des Houthis, en 2004, n’avait pas de motifs sectaires. Ils protestaient plutôt contre leur exclusion, contre la pauvreté abjecte dans le nord-ouest et contre la négligence dont le gouvernement central faisait preuve envers leur région. Ils voulaient une plus grande autonomie, du développement économique et une reconnaissance de leurs droits, y compris, mais pas seulement, leurs droits religieux. Au fil des années, ils ont gagné en puissance, mais le gouvernement central a toujours refusé de leur reconnaître un rôle dans la gouvernance du pays. Après le renversement du président Ali Abdallah Saleh, en 2012, il y a eu une redistribution du pouvoir. Les Houthis tentent de se faire une place, mais sans succès. Ils tentent aujourd’hui de s’imposer comme acteurs incontournables. »

Il est étonnant que Macky sall soit le seul président au monde de traiter des Houthis de terroristes.

On n’ose pas aussi croire que le président de la République confond ses rebelles avec les Islamistes d’Al-Qaida dans la péninsule arabique, composés « principalement de fanatiques saoudiens (Wahhabites) en exil » `à en croire, sur le site d.counterpunch.org, cité par legrandsoir.info le journaliste Thomas C. Montagne basé en Érythrée. Il y a aucune jonction entre Ces Zaïdites et ces salafistes d’autant plus qu’Al Qaida « a juré de livrer une guerre sans merci aux Houthis » selon des dépêches de l,AFP et Reuters citées par le site de France24.com

Donc pour clore sur ce premier point, on peut affirmer que c’est faux de considérer les Houthis comme des terroristes.

2 Les Houthis menacent-ils « menacent l’intégrité territoriale de l’Arabie Saoudite»?

Non.

Menacer l’intégrité territoriale d’un pays, c’est attaquer ce pays dans son intérieur. Donc cette guerre ce n’est pas le cas. C’est l’Arabie Saudite, apeurée par l’expansion rapide des rebelles dans le Yemen, qui a lancé en premier les hostilités en procédant par des bombardements…

Lire la suite sur http://xalimasn.com/le-texte-de-macky-sall-est-truffe-de-contreverites-operation-decorticage/