Quand un avocat couche avec la juge d’instruction

Polémique dans le prétoire ! Me Franck Berton a affirmé devant les assises de l’Hérault qu’un avocat avait eu des relations intimes avec la juge d’instruction.

Effet de manche ou vraie indignation ? La sortie de Me Franck Berton, mercredi devant les assises de l’Hérault, n’est pas passée inaperçue. Le quotidien Midi libre rapporte ce jeudi une étrange passe d’armes lors du procès de Morgan Blouet, accusé du meurtre de Julien Portale pendant la féria de Béziers en 2012. Au troisième jour du procès, le témoin principal de l’affaire est appelé à la barre. D’abord mis en examen, il avait finalement été placé sous le statut de témoin assisté par la juge d’instruction, avant de bénéficier d’un non-lieu.

Mercredi, le témoin a longuement été interrogé par les avocats de la défense, Mes Berton et Abratkievicz. Jusqu’à ce que Me Franck Berton dise soudainement son ras-le-bol et provoque le malaise dans la salle : « C’est une procédure scandaleuse ! Quand j’arrive dans le dossier, je découvre que la juge a des relations sexuelles avec son avocat (celui du témoin, NDLR) ! Mais c’est quoi cette justice ? » D’après Midi libre, c’est le juge d’instruction qui lui a succédé qui aurait saisi lors de ses investigations un courrier mettant en lumière l’existence de cette relation intime…

Des insinuations qui ne sont pas du goût de l’avocat général. Toujours selon le quotidien régional, ce dernier a fortement réagi à l’audience : « Face à ces boules puantes qu’on lance dans cette salle, ne comptez pas sur moi pour m’engager sur la voie de la saloperie ! Les ragots, les rumeurs n’ont pas lieu dans ce dossier ! »