Quand le sang des Diambars finance le PSE

Le Président Macky Sall a franchi le Rubicon : un contingent assez consistant de l’armée sénégalaise (2 100 militaires, environ trois bataillons) seront incessamment projetés sur le théâtre d’opérations saoudo-yéménite. Le chef de l’Etat et des armées sait très certainement que le Rubicon est une rivière qu’on ne franchit jamais en sens inverse. Les dés sont donc jetés. Et les aléas arabo-persiques, c’est-à-dire les fluctuations géopolitiques à l’est de Suez, sont désormais arbitres de la suite heureuse ou malheureuse des évènements, dans cet « Orient lointain et compliqué » selon la formule du Général De Gaulle.

Puisque le gouvernement informe les députés et communique en direction des chefs religieux, il est alors tout à fait indiqué de passer au crible les explications officielles, afin de rendre intelligibles et accessibles à l’opinion publique, les enjeux yéménites et alentour. D’abord, une ambigüité à laminer : la destination ultime des Diambars est-elle l’Arabie Saoudite ou le Yémen ? Ensuite, un argument à pulvériser : la défense des Lieux saints ou de la Terre sainte est-elle réellement la mission des soldats sénégalais ? Le discours officiel est d’autant plus fallacieux et trompeur qu’il s’effrite au contact des chaudes réalités et se dénude à la lumière vive de l’Histoire tourmentée de cette région du monde.

L’Arabie Saoudite – gardienne des Lieux saints – n’est point menacée par la guerre civile au Yémen. Mieux, elle est plus sécurisée par l’Amérique que le Sénégal ne l’est par la France. C’est, en effet, le Pacte militaire scellé, le 14 février 1945, sur le croiseur QUINCY de l’US Navy, entre le Roi Ibn Séoud et le Président Franklin Roosevelt de retour de la conférence de Yalta, qui protège le Royaume Wahhabite. Après une première durée de 60 ans, l’accord de défense américano-saoudien a été renouvelé en 2005. Deux articles du Pacte du Quincy fournissent une sorte d’assurance-tous périls à Ryad. L’article 1 du traité stipule que l’Arabie Saoudite fait partie des « intérêts vitaux » des Etats-Unis. Le second est tout aussi clair : en contrepartie de sa sécurité, l’Arabie Saoudite garantit l’essentiel de l’approvisionnement énergétique de l’Amérique.

Il s’y ajoute que la Garde nationale est forte de 140 mille hommes, soit plus de 7 fois les effectifs globaux de l’armée sénégalaise. Chiffres fournis par le dernier numéro de la revue spécialisée, « The military balance », publiée par l’Institut d’Etudes Stratégiques de Londres. Quand on sait que deux des six pays formant l’ossature de la coalition sous leadership saoudien – en l’occurrence l’Arabie Saoudite et le Qatar – ont acheté respectivement le très sophistiqué char de combat LECLERC et les performants avions de guerre RAFALE, on s’interroge irrésistiblement sur la nature de l’aide que la squelettique et sahélienne armée du Sénégal apporte à l’Etat saoudien dont la seule ambassade à Washington possède un budget annuel de fonctionnement supérieur à celui que les députés sénégalais votent annuellement pour leur armée. Comme on le voit, la décision du Président Macky Sall casse les canaux, les canons et les codes de la communication. Tellement, elle est faussement motivée et spécieusement déclinée.

Car, en effet, aucune recette de la communication gouvernementale ne peut vendre valablement à l’opinion sénégalaise, le bien fondé ou la justesse d’une expédition des Diambars dans le chaudron yéménite en perpétuelle ébullition. La décision est d’autant plus contestable et consternante qu’elle intervient au moment où le Niger (membre de l’UEMOA, de la CEDEAO et du CILSS) s’enlise militairement et tragiquement sur les berges du Lac Tchad, face au Bokko Haram, allié organique du même terrorisme qui rôde au Moyen-Orient. Curieusement le Sénégal (membre de l’Union Africaine) précède le Sultanat d’Oman (membre fondateur de la Ligue Arabe et du Conseil de Coopération du Golfe) sur le théâtre des opérations au Yémen. Dakar (membre de l’OCI) devance également Djakarta, capitale du plus grand pays musulman, sur les Lieux saints et sur la Terre sainte. Vachement kafkaïen ! Les motivations sont ailleurs et inavouables.

La comparaison avec le précédent acte posé par le Président Abdou Diouf, en 1990-1991, ne résiste pas à l’examen. L’occupation du Koweït, Etat indépendant siégeant aux Nations-Unies, fut un casus belli à l’échelle planétaire sciemment et dangereusement provoqué par Saddam Hussein. Du reste, la coalition d’hier n’a pas le même visage que celle d’aujourd’hui. Américains, Japonais, Français, Sénégalais, Canadiens et Australiens avaient fait barrage à l’expansionnisme d’un Etat (Irak) menaçant nombre de ses voisins. Il n’y avait pas l’ombre d’une guerre civile et…confuse. En revanche, le Président Sall intègre une coalition de six pays, pour une Ligue arabe qui en compte au moins vingt-huit. Le Maroc n’ayant pas envoyé des troupes au sol mais une escadrille basée aux Emirats. Une coalition vis-à-vis de laquelle, l’ONU affiche une certaine prudence, comme en témoigne la démission de son Envoyé spécial au Yémen, le chevronné diplomate marocain Omar Ben Jamal.

En attendant que le très liquide Royaume décaisse – plus vite que les tatillons et teigneux partenaires occidentaux – les millions de pétrodollars au profit du Plan Sénégal Emergent (le PSE garant du second mandat) le champ de bataille yéménite offrira fâcheusement au monde, l’image peu glorieuse de fantassins sénégalais et noirs nettoyant un terrain bombardé par des pilotes saoudiens hors de tout danger. Bref, on ravale l’armée sénégalaise au rang de force supplétive ou de harkis africains d’une coalition arabe dont le leader (l’Arabie Saoudite) met à l’abri, les 140 mille hommes de sa Garde nationale. Un destin de Gurkhas (soldats népalais de l’armée britannique des Indes, moins bien lotis que la Légion Etrangère en France) qui n’honore point les Diambars.

Sans aucun doute, la démarche interloque de nombreux compatriotes du Président Sall et sème la perplexité. Notamment en Casamance où le besoin de Diambars reste intact, malgré l’accalmie qui, au demeurant, génère une violence et un banditisme résiduels. Le démantèlement du cantonnement militaire de Nianaw dans le secteur de Wassadou (face à la ville bissau-guinéenne de Pirada) a suscité un mélange de panique réelle et de colère légitime. Les images des télévisions privées en font foi. Logiquement, l’armée du citoyen et du contribuable sénégalais, est nationale avant d’être internationale. Payer l’impôt puis accoucher périlleusement à la maison, faute de sécurité sur les routes aux heures tardives, n’installe point le Fouladou sur la rampe de l’émergence. Tout comme perdre cinquante bœufs, en une nuit, n’ancre pas chez l’éleveur la considération ou le culte de l’Etat défaillant à ses yeux.

La faiblesse voire l’aridité des arguments du gouvernement est encore mise en relief par le fait (insolite) que la démocratie sénégalaise vole au secours d’un pays médiéval qui est, par ailleurs, le plus sinistre fossoyeur des droits de l’homme. Non seulement on y décapite au sabre – c’est nettement plus cruel que dans la Gambie de Yaya Jammeh – mais les femmes sont interdites de conduite de voiture sur le territoire saoudien. Plus révoltant encore, la sublime charia du Prophète Mohamed (PSL) y est vantée mais pratiquée de façon discriminatoire. Tandis que l’alcool et l’adultère sont bannis et punis dans le Royaume, les 350 princes de sang (fruits de harems à foison) fréquentent les casinos et drainent dans leurs sillages, les demoiselles en goguette de la Côte d’Azur, dans les Alpes-Maritimes. N’empêche, les soldats de l’Etat très et trop démocratique du Sénégal (le Président Sall s’apprête à réduite de façon exemplaire son mandat) survoleront le Niger démocratique mais pauvre, pour sécuriser une monarchie rétrograde mais opulente. La logique est en berne. Et la raison est en hibernation. A moins que quelques mystères diplomatiques (dignes de Metternich) dépassent largement nos faibles capacités d’analyse.

En tout cas, la partie de poker est hautement risquée pour Macky Sall. Les observateurs férus d’Histoire (ancienne comme récente) savent que le Yémen n’est pas le sultanat de Brunei. C’est un vrai guêpier doublé d’une ratatouille de tribus et de confessions enflammées et armées. En 1962, un coup d’Etat manqué et chaotique contre l’Imam Badr avait débouché sur un imbroglio sous-régional dans lequel l’armée égyptienne dépêchée par le Président Nasser, enregistra 30 000 morts. Un sanglant et mémorable bras de fer entre le Roi Fayçal (déjà) parrain des royalistes yéménites et le Rais Gamal Abdel Nasser, tuteur des révolutionnaires républicains.

Aujourd’hui, le cocktail est plus explosif ; puisque l’Iran (via ses services secrets) le Hezbollah libanais, Al Qaïda et des groupuscules affiliés à l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) grouillent et grenouillent sur place. Des phalanges de fanatiques qui mènent une guerre peu respectueuse des conventions de Geneve et autres protocoles humanitaires. Tout soldat fait prisonnier (arabe ou sénégalais) sera égorgé devant les caméras de la chaine de télévision Al Arabia. Comme le fut le pilote jordanien capturé par les exaltés de l’Etat Islamique en Irak et au Levant. On devine les répercussions au Sénégal. Question : combien de ministres du gouvernement de Mohamed Dionne sont capables de disserter sur la différence entre un chiite houthite et un chiite zaydite ? Que Dieu garde les Diambars !
Dakaractu

1 Comment

  1. L’actuel problème des légionnaires est que leur presse a tant usé de mensonges qu’elle a installé le peuple dans la saturation. Et alors, il devient plus difficile de mentir sans être compris. Macky Sall n’a plus qu’à s’assumer et afficher sa nature dictatoriale qui n’a cure de la demande sociale. La preuve est là. Macky use de faussetés genre « lieux saints de l’Islam attaqués » et autre « terre du prophète menacée ». Cela ne marche plus comme avait marché les annonces de milliers de milliards volés et qui seront récupérés selon la demande sociale. Aujourd’hui, le peuple ne peut être assez ignare pour ne pas se rappeler que nous envoyons donc nos soldats pour la guerre des receleurs des milliards volés des premiers mensonges.
    Rien à faire, Macky a constaté, comme tout sénégalais, que les pourvoyeurs de légions ne sont pas à la hauteur des milliards de promesses du PSE tant répétés dans les médias. Aujourd’hui, on est bien loin du besoin de tempérer les ardeurs, besoin qui avait fait dire à Macky qu’il ne reviendra pas de Paris avec un avion rempli de milliards, et Latif Coulibaly d’ajouter que Macky ne reviendra pas avec un bateau rempli d’argent. On est loin du « Macky vide la banque de Pékin ». Bref les partenaires pour les beaux yeux desquels Macky avait supprimé le décret de la taxation des appels, les partenaires qui se sont précipités à s’installer au Port étouffant nos propres entreprises, ses partenaires n’ont rien pu fournir au PSE. C’est d’une évidence terre à terre. Et le pauvre Macky qui, pour leurs beaux yeux, avait voulu humilier les partenaires arabes se retrouve dans l’obligation de cirer les chaussures de ceux qu’il voulait humilier, cirer les chaussures avec le sang de nos jambars.

Les commentaires sont fermés.