Pnud pour la mise en œuvre du PUDC : un bon choix

Le programme est intéressant et le choix du Pnud est pertinent.
Le Sénégal est un pays difficile. Quoi qu’on puisse faire, on sera toujours critiqué. Toute démarche de développement qui commence à la base, le monde rural, pour apporter soutien et assistance aux populations doit être bien accueillie par tous les sénégalais. La création de meilleures conditions (sociales et économiques) dans les zones affaiblies par la migration des jeunes, doit être saluée par les uns et les autres. Le Congad critique le choix pour l’intérêt des groupes qui le continuent. Nous savons que souvent la communauté du Congad et le Pnud exécutent les programmes et ont les mêmes cibles. Pour ceux qui ne le savent pas, le Congad a pour principal objectif de défendre les intérêts des ONGs à travers : la représentation et la défense des intérêts des ONGs par la valorisation et la diffusion des meilleures pratiques, le renforcement de leurs capacités institutionnelles et opérationnelles. Nous pouvons déjà en déduire que les intérêts des ONGs ne sont pas forcément les intérêts d’un état ou d’un régime qui est enfermé dans les délais d’un mandat et les contraintes des populations impatientes. Alors que le Pnud est au service des peuples et des populations. Les objectifs du Pnud sont : transformer le développement, renforcer la gouvernance démocratique et répondre aux crises et aider au relèvement.
En plus du centre d’intérêts, nous considérons que le choix du Pnud est un bon pour deux raisons :
1. Il connaît bien le terrain, il dispose d’une base de données et des statiques qui pourront lui mettre d’aller. L’une des avantages de l’expérience, est la meilleure maitrise du temps et des contraintes possibles.
2. Se serait un projet pilote pour le Sénégal pour bien comprendre les facteurs de blocage et les sources d’obstacles (lors de l’exécution de certains projets ou programmes)
Concertant l’administration, accordons nous sur une chose, il existe déjà plusieurs programme et projets au niveau des ministères, des directions et des agences qui constituent les services publiques d’exécution par défaut. Choisir un programme et l’affecté à un organisme qu’on pense être capable de l’exécuter, ne change en rien la confiance qui existe entre l’état « central » et l’administration sénégalaise.
Tous les autres qui critiquent le choix, ne font que déplacer le débat dans un terrain non socio-économique pour ne pas dire politique. Le Pudc est un programme intéressant, ambitieux et pourrait régler beaucoup de problèmes au Sénégal : l’exode rural, l’accès à l’éducation, l’accès aux structures sanitaires et l’accès à l’eau potable etc.
Critiquer pour critiquer n’a aucun sens. Même si l’opposant est toujours dans son rôle.
De notre point de vue, si Président réussit ce programme (réalisation concrète et sans discrimination entre les collectivités locales), il aura beaucoup fait pour le Sénégal.
Modou FALL
modou_fall@yahoo.fr