Meurtre à la rue Carnot : Les mobiles du crime selon le Chef de la Sureté Urbaine

«Crime passionnel ? Vengeance ? », s’interrogeait Libération au lendemain du double meurtre qui a secoué le centre-ville après la découverte des corps de Issam Fawaz et de Wilhelm Slinger dans leurs appartements de la Rue Carnot. En conférence de presse hier, le commissaire de la Sûreté urbaine de Dakar, El Hadj Cheikh Dramé (photo) a annoncé l’arrestation du présumé meurtrier principal et de son complice présumé. Evoquant les mobiles du crime, l’officier a parlé de «crime passionnel» et de «vengeance», sans entrer dans les détails, par respect au secret qui entoure l’enquête.

Que cachent réellement ces deux arrestations et ce double meurtre ?

Libération est en mesure de révéler que le meurtrier principal présumé se nomme Lamine Dabo et son complice Bouba Samaté. Et il est beaucoup question d’homosexualité dans cette affaire, comme nous l’avions presque insinué, dans cette affaire. Premier à tomber, Bouba Samaté, qui n’a pas joué un rôle direct dans ce carnage, a balancé Lamine Dabo qui a été intercepté hier. Devant les éléments de la Su, Dabo a fait des aveux circonstanciés pour tenter de justifier son acte. Il jure en effet qu’il n’a fait que se venger car en décembre 2015, Fawaz et Slinger, l’ont drogué avant de le violer. Et deux mois plus tard, face à cette «honte suprême», le jeune homme affirme qu’il est revenu dans l’immeuble pour se venger car ne pouvant plus garder au fond de lui cette humiliation qui le tuait à petit feu.
C’est ainsi qu’il est revenu dans l’immeuble où tout s’est passé, avec un poignard, dans le but de régler son compte à Wilhelm et à Fawaz qui étaient amants, selon lui. Dans un premier temps, il s’est rendu dans l’appartement de Wilhelm. Et dès que ce dernier lui a ouvert les portes de son appartement, il lui a planté un coup avant d’enchaîner.
Au finish, Wilhelm recevra au moins dix coups de couteau. En sortant de chez sa première victime, Lamine Dabo se dirige vers l’appartement de Fawaz qui se trouve en face de celui de Wilhelm. Par «chance», il tombe net sur lui. Sans calculer, il plonge sur sa seconde cible, toujours poignard à la main.
Le propriétaire de «La Payote» et de la boutique «If» recevra quinze coups de couteau. Sa vengeance assouvie, Dabo quitte l’immeuble pour rentrer chez ses parents à Sacré-Cœur 3 (Dakar). Son ami Bouba Samaté sera le seul à qui il confiera son secret avant que les limiers ne découvrent tout… Menottes aux poings, il est retourné hier soir sur les lieux du double meurtre pour une reconstitution des faits. Ce, en présence du consul du Liban au Sénégal, entre autres