Mamadou Mbengue décoiffe le cheveu naturel de…

Une bande de voleurs qui se déplaçaient à l’aide d’un scooter et qui terrorisaient les populations de certains recoins de la banlieue de Dakar ont été interpellés par des policiers du commissariat de Guédiawaye. Et même si les flics n’ont réussi à mettre la main que sur un seul des malfrats, le reste de la bande ne perd rien pour attendre.

 Mamadou Mbengue, le plus malchanceux de cette bande d’agresseurs a comparu ce jour devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Le jeune homme né en 1990 a commencé par nier les faits qui lui sont reprochés avant de les reconnaître suite à une montagne de questions du Président du Tribunal.

En effet il est ressorti des débats d’audience pour la manifestation de la vérité que le sieur Mbengue avait, avec son acolyte, trouvé Mame Bigué Ndiaye au niveau du rond point Cheikh Béthio Thioune situé à Golf en train d’attendre un taxi. Arrivés à la hauteur de la dame, les malfrats ralentissent, arrachent le cheveu naturel que portait la dame sur sa tête et lui ôtent sa pochette qui contenait ses deux téléphones portables. Leur larcin commis, les deux agresseurs accélèrent leur scooter et disparaissent dans la nature.

La bande de malfaiteurs va tomber quelques instants plus tard au niveau du marché Mame Diarra de Guédiawaye où ils voulaient poursuivre leur entreprise de vol et d’agression. Là, ils seront poursuivis par un automobiliste qui finira par les renverser. C’est ainsi que le sieur Pape Aw a pris la fuite, son complice Mamadou Mbengue moins chanceux a été tabassé avant l’arrivée des policiers. Interpellé aujourd’hui devant la barre du Tribunal, Mbengue a dit n’avoir rien à voir avec cette histoire et que s’il est devant les juges pour comparaitre, c’est parce qu’il a été confondu avec le vrai voleur.

«Je n’ai rien fait. Avec mon ami, je revenais de la maison d’un autre ami à Guédiawaye pour rentrer à Pikine. Mais arrivés au niveau du marché, les gens nous ont pris pour des voleurs avant de nous poursuivre avec une voiture. Quand ils sont arrivés à notre niveau, ils nous ont bousculés avec leur véhicule et nous sommes tombés. C’est là que Pape Aw a pris la fuite mais moi, comme je n’avais rien fait, je suis resté sur place», a déclaré le prévenu.

Une déclaration qui n’a pas convaincu le Président du Tribunal qui a signifié au sieur Mbengue qu’il ferait mieux de dire la vérité comme il l’avait fait lors de l’enquête au niveau de la police. Après que le procureur de la république a demandé à ce que la loi soit appliquée, l’avocat de la défense, conscient que les carottes étaient cuites, s’est contenté de demander une application extrêmement bienveillante de la loi pénale. Finalement le tribunal à condamné le sieur Mbengue à deux ans dont 6 mois ferme.