Les jeunes rewmistes de Bignona exige la libération de tous les prisonniers politiques

Nous suivons avec la plus grande préoccupation la dégradation de la situation des droits de l’homme au Sénégal à la suite du système répressif implanté sur le territoire Sénégalais par le déploiement de plusieurs unités à des mauvais traitements, l’enlèvement et la torture des manifestants pacifistes Sénégalais, et la persécution et le harcèlement des étudiants de l’opposition, ce qui empêche l’exercice de leurs droits fondamentaux et la liberté d’expression de leur droit légitime à disposer d’eux-mêmes.
Nous sommes également préoccupés par la situation alarmante du prisonnier politique Barra Ndiaye, secrétaire général des étudiants de Rewmi et des dizaines de prisonniers politiques dans les prisons. Ces prisonniers sont interrogés, seront soumis à des procès sans garanties et seront condamnés illégalement, ils seront reconnus comme prisonniers de conscience.
Nous condamnons avec fermeté ces dérives lors de la venue du président à l’UCAD, mais autant aussi nous condamnons les accusations gratuites sans fondement des jeunes de l’opposition sur cette affaires du moment qu’il y avait pas seulement des étudiants sur les lieus mais aussi des militants du parti au pouvoir et autres personnes inconnu. Preuve (les photos sur les sites internet).
Notre frère Barra a été cueillie comme un meurtrier et accusé à tort de jette de pierre lors de la visite du président Sall à l’UCAD, alors qu’il se trouvait en son lieu de stage.
Face à cette grave situation de harcèlement et de violations de leurs droits fondamentaux contre les conventions internationales et le droit international humanitaire, Nous exigeons :
La libération immédiate et inconditionnelle de Barra Ndiaye et tous les prisonniers politiques Sénégalais.
Papis Daouda Badji (photo ci-dessus)
Mouvement des jeunes de Rewmi Bignona