L’élection d’un imam à Thiès aux allures d’une élection politique

Les enjeux étaient énormes autour de l’élection de l’imam de la mosquée Aya Seck de Diakhao à Thiès et l’on a même frôlé le pire. En effet, quatre candidats s’étaient déclarés, parmi eux El Hadji Gora Kane fils de l’ancien imam Mbaye Kane, aujourd’hui décédé. Sa candidature a été perçue comme une succession monarchique et c’est ainsi que les divergences ont fait jouer au point d’imposer le recours au vote dont les électeurs étaient les 11 sages du quartier. Au terme du vote, Mamadou Diouf s’est retrouvé avec 5 voix, Alioune Niang 4, Ousmane Sow 2 et El Hadji Gora Kane zéro voix.
Il fallait voir comment le scrutin a été organisé. Les candidats ont été invités à sortir de la mosquée où le scrutin a été organisé. Mais El Hadji Gora Kane a contesté les résultats et tout le monde s’était accordé sur une assemblée générale de validation du vote. L’Ag a eu lieu, ce dimanche, dans la mosquée, dans une vive tension et une grosse cacophonie, en présence des imams des autres mosquées. Il fallait voir les manifestations de joie du camp du vainqueur, comme exactement sur le champ politique. Ainsi, la victoire de Mamadou Diouf a été entérinée par l’assemblée générale, mais la question qui taraude les esprits est celle de savoir quelle sera désormais l’attitude des candidats malheureux et de leurs partisans.