Le Talibé tué confiait à son père qu’il était régulièrement battu par leur maître

Cheikh Niane est inconsolable. Père de l’enfant battu à mort avant-hier dans un daara à Yeumbeul, dans la banlieue dakaroise, il regrette la mort de son fils, Dame Niane, mais dit s’en remettre à Dieu pour supporter cette épreuve. «Mon fils allait boucler, en novembre prochain, ses 18 mois dans cette école. Et pourtant, à maintes reprises, il me disait que leur maître coranique le frappait, mais je ne croyais pas que ces mauvais traitements pourraient un jour déboucher sur sa mort», confie le père, dans le quotidien L’Observateur qui a recueilli son témoignage. «Les parents, poursuit-il, n’ont accès à cette école que le dimanche. C’est pourquoi, c’est un peu difficile de savoir ce qui s’y passe exactement. D’ailleurs, grande fut ma surprise lorsqu’on m’a appelé au téléphone pour m’informer du décès de Dame», renchérit Cheikh Niane.

Au bout du fil, une voix se charge de lui transmettre la mauvaise nouvelle : «Ton fils n’est plus, il est mort des suites d’une bastonnade que lui a infligée son maître coranique». Ainsi apprend-il les circonstance de la mort du jeune enfant.
Quid de la faute qui a valu au petit Dame Niane une correction aussi sévère ? Il dormait, au lieu de venir participer au cours, lui explique-t-on. «D’ailleurs, c’est sur son lit, en plein sommeil, que le maître l’a trouvé. C’est là qu’il a commencé à le frapper et il s’en est suivi ce que tout le monde sait aujourd’hui».