Le remaniement refait surface…Macky Sall veut des ministres «tout terrain» : des têtes pourraient tomber

Macky Sall, qui tient à son programme d’urgence de développement communautaire et son autosuffisance en riz, veut des ministres «tout terrain». A l’aise dans les bureaux cossus, comme en rase campagne. Et son alerte lors de la conférence internationale sur l’agriculture en est une bonne illustration.
Quand un banquier crie haut et fort que «les ministres des Finances doivent avoir une nouvelle perception de l’agriculture, cela montre que les temps ont changé. Lorsqu’une grande institution comme la Banque africaine de développement se veut ambassadrice du nouveau continent, pour une Afrique qui se nourrit de ses cultures, cela montre que l’espoir est permis. Et Macky Sall lui a emboîté le pas. De nos jours, les projets demandent plus de diligence et moins de bureaucratie. Des ministres qui ne renvoient plus des dossiers. Alors qu’il y a urgence dans plusieurs secteurs. Le président de la République, pour preuve, les images diffusées sur les chaînes télé, n’hésite pas à sillonner la campagne, non pour voir des gourous, mais pour être au cœur des événements. Ne plus se contenter de comptes rendus. Sa stratégie a été payante, lorsqu’il a quitté le Pds a payé, gracieusement. Aujourd’hui, le président de la République va-t-il changer son équipe ? Pour preuve, il a demandé lors de la conférence internationale sur l’agriculture, que M. Amadou Bâ soit sur le terrain. Pour être plus près des populations et « voir les conditions de vie ».
Lors de ce forum, il a félicité le ministre de l’Agriculture. Le Dr Pape Abdoulaye Seck est devenu comme l’a dit Macky Sall, « plus sensible » et a pu trouver une enveloppe financière de 3 milliards, pour le programme d’urgence en eau. Il urge donc pour le patron des Finances sénégalaises de se déployer, rapidement.
En effet, les programmes du chef de l’Etat visent pour la plupart, la condition de vie des zones rurales. Des populations presque sevrées. Aujourd’hui pas besoin de chiffres, pour démontrer que les lenteurs administratives tuent le développement. La balle est donc dans le camp des agents de l’immeuble Carde.
Rewmi.com