Le Procureur en colère contre la relaxe de Aïda Ndiongue fait un communiqué…Il interjette appel

La relaxe de Aïda Ndiongue et Cie dans le dossier des phytosanitaires du Plan Jaaxay n’est pas du goût du Parquet. Dans un communiqué, le procureur de la République informe avoir interjeté appel.
Le communiqué.
«A la suite de la décision de la 3ème Chambre Correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Dakar relaxant tous les prévenus, le ministère public a décidé d’interjeter appel pour les motifs ci-après :
C’est à la suite de la découverte de quatre chèques d’un montant global de 20.688.638.967 F CFA, émis par le Projet de Construction de Logements Sociaux et de Lutte contre les Inondations et les Bidonvilles (PCLSLIB) communément appelé Plan Jaxaay et le Projet pour l’Achèvement du Programme de Construction et de Réhabilitation des Edifices de l’Etat (PARCREE) à l’ordre des entreprises de Madame Astou NDIONGUE dite Aïda qu’une enquête a été prescrite par le Procureur de la République.
Les résultats de l’enquête ont révélé clairement que les dits paiements ont été effectués en exécution de marchés d’équipement en matériels de trente-cinq (35) maisons de l’outil, de fourniture de bacs à ordures, de cinq mille (5000) tentes et de cinq cent motopompes haut débit (500 M3/H).
Les investigations ont abouti aux conclusions suivantes :
Concernant l’équipement des maisons de l’outil : les destinataires de ce marché (les intendants du lycée Maurice Delafosse) ont unanimement et invariablement déclaré tout au long de la procédure et même devant la barre du tribunal n’avoir jamais reçu ledit matériel.
Concernant les marchés relatifs aux tentes, il résulte des déclarations constantes du Directeur de la Protection Civile que seules mille neuf cent quarante-sept(1947) tentes sur les cinq mille (5000) ont été livrées. En outre, les enquêteurs ont constaté un reliquat de 41 tentes en dépôt.
Concernant le marché relatif à la fourniture de cinq cent (500) motopompes de 500 M3/H, il résulte aussi de la procédure et notamment de la correspondance n° 2125 du 22 juillet 2011 du Colonel Ouanza OUATTARA, Commandant du Groupement National des Sapeurs-Pompiers que seules cent (100) motopompes d’un faible débit (100 M3/H) ont été livrées.
A ce propos, le sieur Abdou Aziz DIOP lui-même a reconnu ce fait et déclaré avoir attiré l’attention de son ministère de tutelle sur cette différence.
2°) – l’enquête a en outre démontré de manière indubitable que lors de la réception du matériel aucun décompte n’a été fait tel que cela découle des déclarations du comptable matière Hubert Davy Thiour. Ce dernier a d’ailleurs précisé l’absence de comptabilité matière retraçant les entrées et sorties dudit matériel.
Par ailleurs, il est constant que la dame Astou NDIONGUE dite Aïda, a fait usage de manœuvres frauduleuses en créant des sociétés écran parce qu’interdite d’exercer des activités commerciales du fait de son statut de fonctionnaire pour soumissionner à des marché publics.
En outre, il résulte de la procédure qu’aucun procès-verbal de réception n’a été signé lors de la livraison, seuls des bons de livraison ont été signés. Cela est même confirmé par les membres de la commission de réception. Donc il est manifeste que les procès-verbaux produits sont faux.
Devant de telles certitudes et évidences, une décision de relaxe, nous semble manifestement illégale et même troublante.»

4 Comments

  1. Ce communiqué est tout simplement lamentable et traduit le désarroi d.un homme totalement perdu car il a donné raison à tous ceux qui se sont opposés à sa nomination argent qu’il fallait « mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut ».

  2. L’histoire vient de confirmer le larbinisme existant chez beaucoup de nos fonctionnaires qui après avoir brillamment réussi leur cursus se dédisent pour des prébendes. Ousmane Diagne doit être fier de lui.

  3. Le procureur de la republique a le droit de faire appel, personne ne le conteste ,il fait partie du proces.(on ne commente pas une decision de justice ) Mais un procureur qui juge un confrere et le jette en pature, est une exclusivite au Senegal | En dehors des soubassements politiques, j’ai l’ impression que ce morveux , veut se moucher sur son confrere qui n’a fait que lire le droit. Bassirou Gueye, le droit de faire appel ne vous donne pas le droit de porter presse contre un confrere.Ensuite pique une colere noire a la suite d’une d’ un verdict rendu par un confrere et en utilisant un langage ordurier est un seisme qui ne dit pas son nom..Monsieur le procureur ,vous n’avez pas le droit de porter le combat d’une megere mechante et revencharde nous attendons la reaction de l’UMS.

  4. Les arguments du procureur sont trop fragile pour cacher son caractère partisan.
    Première raison : On remarque que les procureurs de Maky on l’habitude de juger et d’emprisonner les gens sur la base de paroles d’accusateurs complaisants sans se donner la peine de s’appuyer sur des preuves matérielles. Toute l’argumentation de M. Bassirou se fonde sur les parole des autres.
    Supposons que ces accusateurs disent la vérité. Mais alors est ce que cela justifie l’emprisonnement préventive de cette dame pendant 2 ans. En résumant ces accusations on peut dire qu’il s’agit de contrat pas totalement exécuté. Dans ce cas il suffit de sommer Aida Diongue d’exécuter le contrat en lui imposant un délais au-delà duquel elle devra verser des dédommagement pour chaque jour de retard. C’est comme ça dans une vraie démocratie. Mais ce procureur avait préféré violer le compte bancaire de cette dame ainsi que ses coffres pour les exhiber devant les TV, les radios et les journaux comme un trophée de guerre.
    Deuxième raison : ce procureur nous dit que Aida Diongue est fonctionnaire. Il a une définition approximative du fonctionnaire. Un fonctionnaire est un employé de l’Etat. Aux dernières nouvelles Aida Diongue est maire et sénatrice. Elle est donc un élu. Elle n’est pas un employé de l’Etat. Les préfets, les policiers, les gouverneurs, les enseignants etc… sont des fonctionnaires. Mais les élus ne le sont pas Dans les grandes démocraties on peut être homme d’affaires et élu local. M. Dassault est député maire tout en étant un homme d’affaire qui travaille avec l’Etat français. Il y a des milliers d’exemple de ce genre dans les grandes démocraties européennes et américaines bien qu’on ne peut pas les comparer avec nous. Mais nous devons encourager les femmes et hommes qui savent créer des richesses au lieu de les combattre. On doit même les ériger en exemple à suivre pour notre jeunesse et notre rayonnement. La réussite professionnelle ne doit pas être un délit. Sinon nous allons rétrograder vers l’époque coloniale pendant que l’Afrique australe entre dans le 21ème siècle

Les commentaires sont fermés.