Le Procès Mamadou Diop renvoyé pour la 5e fois

Tamsir Ousmane Thiam et Wagane Souaré, les deux policiers impliqués dans la mort de Mamadou Diop, lors des manifestations à la place de l’Obélisque en 2012, ont comparu hier à la barre du tribunal correctionnel. Tamsir Thiam, revenant sur les faits s’est lavé à grande eau, soutenant que son intervention n’a rien à voir avec la mort du jeune Mamadou Diop. L’agent judiciaire de l’Etat lui posant des questions, le policier a répondu, croyant avoir affaire à son avocat. C’est quand les conseils de la partie civile ont commencé à lui poser des questions qu’il s’est adressé au président pour demander le renvoi. Me Abdoulaye Tine s’est opposé au renvoi, car «Tamsir Ousmane Thiam ayant voyagé pendant la dernière audience, ce qui avait motivé le renvoi». Le tribunal a alors jugé utile de renvoyer l’audience à la date du 26 novembre.
Me Tine, dans le hall du tribunal, s’est adressé à nous en ces termes «On a renvoyé le procès de Mamadou Diop pour la 5è fois. Ce qui est regrettable parce que cette affaire a déjà été appelée plusieurs fois, 4 fois auparavant. Elle a été renvoyée une première fois pour faire intervenir de manière forcée l’Etat en tant que civilement responsable. Ça a été renvoyé une fois encore parce que les prévenus n’étaient pas présents, puis parce qu’ils ne s’étaient pas fait représenter par un avocat», regrette l’avocat. Malgré tout, Me Tine reconnaît que c’est leur droit de trouver des conseils pour défendre leur cause. «Nous avons estimé utile que la bonne administration de la justice nécessite qu’on leur laisse le temps et les disponibilités nécessaires pour venir», précise-t-il.
Revenant sur le refus d’un nouveau renvoi qu’il avait manifesté à la barre, Me Tine s’explique : «Aujourd’hui, on est venu à la barre, de manière exceptionnelle, si je peux m’exprimer ainsi, les deux prévenus étaient là. Donc ils savaient pertinemment que l’agent judiciaire de l’Etat n’est pas leur avocat. Et donc, c’est pourquoi nous nous sommes opposés à cette idée de faire renvoyer. Nous avons ainsi demandé au président de prendre toutes les dispositions nécessaires. Même s’ils reviennent la prochaine fois, c’est-à-dire le 26 novembre prochain, avec des avocats qui se constituent pour la première fois, il faut que l’affaire soit plaidée parce que ça fait 3 ans que cette famille supporte et vit dans la douleur et dans le regret», clame Me Tine.