Le photographe filmait les filles nues et les faisait chanter…Il est en taule

S. Touré est finalement tombé entre les mains de la justice. Cet homme, qui a plusieurs victimes à son actif, se faisant passer pour un agent commercial. Il a ainsi réussi à entrer en contact avec plusieurs jeunes filles. Il leur expliquait qu’il travaillait pour une maison de beauté qui devrait réaliser un spot publicitaire d’un lait de corps. Il leur a fait croire qu’il devait ainsi sélectionner des jeunes filles pour des séances de photos. Des photos sur lesquelles les filles choisies devaient poser nues. Et qu’à l’issue de cette séance de photos, chaque fille recevra 600.000 F CFA comme cachet. Plusieurs cibles ont donné leur accord. Un appartement sis à la Médina était son repaire. C’est là où il soumettait les filles à des séances de shooting.
Mais une de ses dernières victimes le fera tomber. En effet, après avoir suivi à la lettre son modus operandi, il a commencé à faire chanter la fille. Il lui a, dans un premier temps, demandé 10.000 F CFA. Face au refus de la jeune fille, S. Touré a menacé de publier les photos nues dans les réseaux sociaux.
La fille qui n’entendait pas céder au chantage a préféré aller se plaindre à la police de la Médina. S.Touré est vite arrêté par les éléments de la Brigade de recherches de la police du 4e arrondissement. L’exploitation de son téléphone par la Brigade spéciale de lutte contre la cybercriminalité a permis de constater qu’il n’était pas à son premier coup. En effet, selon « Le Populaire », plusieurs photos de jeunes filles nues, dans des postures équivoques, ont été trouvées dans le téléphone de S. Touré qui a aussitôt été placé en garde à vue.
Entendu par les enquêteurs, le mis en cause a nié être le bourreau des filles, même s’il reconnait avoir photographié la plaignante.
Ayant regroupé « des indices graves et concordants », Mme la commissaire de la Médina a tout simplement ordonné à ses agents de le déférer au parquet, ce lundi 11 janvier, pour les délits de menaces de publication de photos compromettantes sur des réseaux sociaux, chantage, escroquerie et atteinte aux bonnes mœurs.