Le ministre de l’Intérieur explique la présence de policiers à Walfadjri

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo, est revenu hier sur l’affaire, Walfadjri. Pour rappel, dimanche 20 mars 2016, jour du référendum, le Dg de l’Artp a débarqué sur place avec un car technique et une escouade de police, Sidy Lamine Niasse l’accusant de vouloir couper le signal de ses télé et radio, Abdou Karim Sall révélant qu’il était venu juste le mettre en garde. Pour le premier flic du pays, « il s’était agi tout simplement d’une sommation à apporter à l’autorité de cette télévision. Ce qu’il faut savoir c’est que nous ne pouvons pas permettre à un groupe de presse ou à une personne quelconque, de continuer la propagande en dehors des délais légaux fixés ».

Il explique que « la campagne électorale a pris fin le 18 mars à minuit et il n’était plus possible qu’un Sénégalais de quelque bord qu’il soit, puisse continuer de faire la propagande après cette heure ». M. Diallo de poursuivre : « Ce qui a été constaté ce jour-là, c’est que la propagande a continué sur Walf. Mais la décision est revenue à l’autorité habilitée qui est allée faire la sommation. Et comme cette autorité l’a bien dit, il n’était pas question de couper le signal ». En attendant, le ministre de l’Intérieur prévient sur un ton menaçant : « Quoi qu’il en soit nous prendrons les dispositions appropriées pour qu’à l’avenir de tels manquements ne puissent être constatés ».