Le Maire de Mbacké accusé de gestion nébuleuse…Des millions en l’air

Le comité d’alerte et de veille dans la commune, une structure créée pour lutter contre la mal gouvernance locale vient d’épingler le maire de la ville de Mbacké qu’il accuse de gestion nébuleuse marquée par une série de scandales financiers et fonciers depuis son accession à la tête de l’institution municipale, il y a un an jour pour jour. Dans la dizaine de reproches formulées dans un document rendu public, hier au cours d’une manifestation au cinéma «Le monde , on peut lire : «Malgré l’accroissement des ressources budgétaires de la municipalité, elle accuse un déficit budgétaire du fait d’un train de vie parasitaire et dépensier. La mairie prétend avoir injecté  32 millions  pour la réfection de l’école Serigne Massamba Mbacké dont les travaux sont abandonnés par l’entrepreneur qui tarde à renter dans ses fonds. La commune par la voix de son maire dit avoir construit un simple mur au foirail de Mbacké pour un montant de 20 millions. Une salle de consultation inachevée au centre de santé de Mbacké a été également facturée  à 15 millions». D’autres griefs sont également relevés comme dans le secteur du transport où un chef religieux exploite, depuis plusieurs années, un bail de 24 millions alors que le conseil avait autorisé sa résiliation. Moustapha Diagne Youssou Babou, El Hadji Lo et Amadou Mbengue tous des notables de la ville pilotent le comité de veille et réclament un audit exhaustif de la gestion du maire. «Le document dont nous disposons sera remis avec une plainte à l’Ofnac, nous sollicitons aussi de l’Etat du Sénégal l’envoi des services de contrôle de l’Etat pour voir de près ce qui se passe ici dans la commune de Mbacké», a déclaré Moustapha Diagne porte-parole du jour.

Interpellé, Abdou Mbacké Ndao le maire de Mbacké minimise les attaques. Selon lui, cette énième sortie est l’œuvre de mauvais perdants qui se remettent difficilement des défaites successives enregistrées lors des deux dernières élections dans la localité. «Ceux qui ont publié ce document n’ont malheureusement aucune responsabilité dans cette ville. Est-ce qu’ils payent même leurs impôts ?», dit-il. Il souligne: «Parmi eux, il y a des personnes malades, si je les poursuis ils peuvent mourir en prison, s’ils sont condamnés, leurs parents viendront comme d’habitude demander clémence. Donc je ne vais pas épiloguer sur des propos mensongers émanant de personnes aigries qui n’apportent rien à cette ville sinon colère et désolation». Poursuivant, il soutient: «Tous les chiffres qu’ils ont avancés relèvent de leur simple imagination. Voilà des gens qui sont très sous informés. J’invite donc la presse à se rapprocher du secrétaire municipal pour vérifier, documents à l’appui, que ce document ne renferme que des contrevérités qui n’engagent que leurs auteurs (…)». Seulement, le maire annonce qu’il soumettra le document – qu’il juge diffamatoire – au Conseil municipal pour suite à donner. «Si le conseil, en toute souveraineté, décide de les poursuivre en justice, une citation directe à comparaître devant le tribunal pour diffamation leur sera servie», prévient le maire.