Le lutteur Rambo encore en prison…Il a tenu tête à des flics

Le lutteur Rambo a été placé sous mandat de dépôt, hier, à la prison de Rebeuss, et sera jugé en flagrant délit, demain vendredi. Apparemment, il a été victime de son statut. En effet, alors que des policiers procédaient à un contrôle de routine, mardi, dans l’après-midi dans la banlieue, plus précisément au quartier Darou Salam 2 de Guédiawaye, ils ont été confrontés à beaucoup de résistance. Les policiers qui étaient à la recherche de jeunes du quartier soupçonnés de fumer du «yamba» (chanvre indien) ont voulu, après avoir cueilli ces derniers, continuer à faire la ronde dans ce quartier qui fait face aux Hlm Guédiawaye. C’est là qu’ils sont tombés sur des jeunes en train de se connecter avec leurs téléphones portables. Les forces de l’ordre les ayant interpellés ont voulu menotter un des jeunes. Mais ce dernier a refusé catégoriquement de se laisser faire. Il a dit être prêt à suivre les policiers et à monter dans leur véhicule, mais pas question d’être menotté, car il n’avait commis aucun délit.
Ce que les flics n’ont pas voulu entendre de cette oreille. Et face à la détermination du jeune homme, ils ont usé de la violence. Ce qui a fait dégénérer les choses. Car les jeunes se sont rebellés et il s’en est suivi une bagarre avec les forces de l’ordre. Il se trouve que le jeune à l’origine des faits est l’ami du lutteur Rambo. Aussi, celui-là a été mis au courant par l’intermédiaire de ses frères, alors qu’il était tranquillement dans sa chambre en train de dormir. Réveillé et informé que son pote était en train d’en découdre avec les policiers, Rambo s’est pointé et a tenu tête aux policiers. Une altercation au bout de laquelle, il a été arrêté en même temps que d’autres jeunes qui avaient pris part à la bagarre. Mais surprise, hier, tous les jeunes du quartier interpellés ont été libérés, à l’exception de Rambo et son ami. Déférés au parquet par les policiers de Guédiawaye, ils ont donc été placés sous mandat de dépôt et feront face au juge des flagrants délits demain. Affaire suivre…