Le lutteur libéral, Bathie Séras, est repassé devant le juge

Le juge d’instruction du deuxième cabinet a convoqué à nouveau, hier, Aminata Nguirane et Bathie Séras pour une seconde audition. Le juge Samba Sall a réentendu sur le fond les deux inculpés sur plusieurs points du dossier. Car, en réalité, il ne s’agit pas d’une confrontation, mais d’une deuxième audition décidée par le juge pour compléter la première lors de laquelle certaines questions n’avaient pas été abordées. Le lutteur et la jeune responsable libérale se sont ainsi soumis au feu roulant des questions du magistrat instructeur avant de regagner leurs cellules respectives.

1 Comment

  1. Comment peut-on arrêter et emprisonner une gamine de 19 ans pour atteinte à la sûreté d’un Etat de plus de 10 million d’habitants. En plus on ne se rend même pas compte du caractère ridicule de l’acte. On mobilise des juges et on va même jusqu’à faire des confrontations avec beaucoup de sérieux. Et on communique là-dessus via la presse du palais. On oublie que cette gamine est à peine majeur. Laissez cette enfant rejoindre sa maman et reprendre le chemin de l’école. Le rôle d’un Etat digne de ce nom ce n’est pas d’emprisonner ses enfants mais de les guider en leur donnant les condition d’une bonne éducation qui leur permet d’entrer plus tard dans le vie d’adulte en ayant toutes les cartes en main. A cet âge on ne doit pas dormir en prison, surtout pour une fillette inexpérimentée. Un pays qui veut jouer dans la cours des grands avec une armée de plusieurs milliers de soldats prêts à aider de puissants pays comme l’Arabie saoudite dans une guerre contre des adversaires expérimentés, déterminés et aguerris, ne doit pas s’attaquer à une fillette de 19 ans pour atteinte à sa sûreté nationale.

Les commentaires sont fermés.