Le Front du NON déclare que Macky a perdu 1.000.000 de voix de son électorat

En conférence de presse cet après-midi, le « Front Ñaani Bañna » a décrié le faible taux de participation au référendum de dimanche dernier. Me Mame Adama Guèye, Cyril Touré dit Thiat du groupe « Keur Gui » et Fanta Diallo, membre du Front chargé d’animer cette rencontre avec les journalistes, ont révélé dans leur déclaration liminaire qu’avec un taux de 40% de participation à ce référendum, l’électorat de Macky Sall s’est effrité de 1.00.000 de voix.
« A propos des résultats du scrutin et d’après les chiffres à notre disposition, le taux de participation s’élève au mieux à 40%, taux jamais atteint pour un référendum au Sénégal, ce qui confirme que la précipitation qui a sous tendu le scrutin a eu des effets négatifs dans la mobilisation des électeurs, à titre d’illustration, le taux de participation dans les 3 référendum » feront-ils savoir.
Le corps électoral s’élevant à 5.496.406 électeurs, poursuivent-ils, « les 40% représentant environ 2.200.000 électeurs et les abstentionnistes environ 3.300.000, si c’est confirmé que 55% ont voté Oui, cela représenterait environ 1 200 000 d’électeurs et que le Non recueillerait environ 1.000.0000 d’électeurs »
Si nous effectuons une comparaison avec la présidentielle de 2012, le Front note que « le candidat Macky Sall avait recueilli 1.925.000 voix au second tour, cela montre que sa notoriété, sa popularité et son électorat se sont largement effrités de près de 1 000 000  de  voix. »
« Aux votant du Non s’ajoutent les non-votants qui s’élèvent à 3 300 000 électeurs soit un total de 4 300 000, c’est-à-dire 80% du code électoral, qui n’ont pas adhéré au projet de révision constitutionnelle. »
Ce référendum, regrette le Front Ñaani Bañna, devait être un événement majeur de notre démocratie, mais le contraire a été constaté « avec un processus électoral biaisé, un délai court pour l’organisation, l’absence de concertation à propos du code électoral, la précipitation et une révision inachevée du fichier électoral, ainsi que l’exclusion volontaire ou involontaire d’environ 200.000 électeurs, « ont contribué à l’absence de sincérité effective du scrutin. »

1 Comment

  1. les voix discordantes en démocratie sont parfois souhaitables car pouvant faire ressortir le meilleur des hommes.Cependant ces voix doivent respecter les normes et valeurs qui régissent le bon fonctionnement du système politique sinon elles entraîneront le pays dans l anarchie. le front naani ban na , est un mal pour la jeune démocratie sénégalaise. Ce front a essayé de manipuler l opinion public en émettant des informations mensongères et semant ainsi la confusion dans l esprit des honnêtes citoyens . heureusement pour la démocratie sénégalaise, la maturité de nos concitoyens a triomphé de ces vautours aux motivations égoïstes.

Les commentaires sont fermés.