Le fossoyeur des tombes de Pikine a déterré les corps pour avoir un bout de linceul

Deuxième retour de parquet pour Saer Gning, le fossoyeur du cimetière de Pikine. En effet, renseigne Lobservateur, les enquêteurs ont aussi saisi les téléphones portables des deux fossoyeurs (Saer et Niasse) qui ont été placés sous scellés par les enquêteurs. L’analyse des relevés de communication pourrait permettre de démasquer les commanditaires, ceux-là que Saer tente de protéger en déclarant qu’il préférerait mourir que de donner des noms.

Pourquoi les corps ont été exposés à l’air libre ?

Quant à la cause de l’exposition des corps à l’air libre, en réalité dans la nuit du jeudi 03 au vendredi 4 décembre, alors qu’ils avaient fini d’exhumer les corps pour faire leur sale besogne, les profanateurs ont été surpris par l’arrivée inattendue d’un individu, révèle Lobservateur. Gagnés par la panique, ils ont profité de l’obscurité pour dissimuler très rapidement les deux corps dans les herbes. Les deux autres corps qu’ils avaient également fini d’extraire de leur tombe située non loin de l’allée principale ont, quant à eux, été trainés et abandonnés non loin des caveaux. Et l’objectif a toujours été, pour ces individus, de profiter de la nuit pour exhumer les corps, sectionner une partie du linceul avant de les remettre dans les tombes. Il n’a jamais été question d’effectuer des prélèvements sur les corps. Ils n’étaient intéressés que par le linceul et par l’enfouissement de gris-gris dans les tombes.