Le « Diébeulou » honteux de Latif Coulibaly…Son livre falsifie l’Histoire…Et travestit les faits

LIVRE DE LATIF COULIBALY SUR MACKY SALL : ENTRE INCONGRUITÉ, FALSIFICATION DE L’HISTOIRE ET MENSONGE AVÉRÉ. ..PAR ABSA DIOP

Un des hommes qui aura le plus déçu les sénégalais, dans cette nouvelle alternance est bien Mr Latif Coulibaly.
En effet, nous avons survolé le livre dans lequel, il n’a cessé d’encenser Macky Sall, l’homme qui lui a montré le bout du tunnel, oubliant de fait les principes qu’il défendait dans le passé, sous le régime de Wade. Il fut vertement très virulent vis-à-vis des Wade et de leur entourage, et pourtant, il n’a jamais été inquiété, ni emprisonné.
Contrairement sous le régime de Macky Sall, où les libertés sont bafouées sous une dictature flagrante et rampante, qui ne dit pas son nom, où le beau-frère, le frère occupent de hautes responsabilités, où la première dame est quasi responsable du parti au pouvoir, situation que l’on pourrait comparer à celle de Simone Gbagbo, avec des ministres qu’elle fait nommer personnellement, Mbagnick Ndiaye ne nous démentira pas, ou encore le Dg du PAD, le principal bailleur de sa fondation, ou encore ses frères qui font la loi, la pluie et le beau temps dans Dakar, etc.
Sur le terrain judiciaire, son instrumentalisation est plus qu’évidente, avec des forfaitures immorales, des actes de corruption avérés, une CREI (Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite) bannie par toutes les juridictions nationales et internationales, somme toute, notre justice, il faut l’avouer, est moribonde, et ses lois obsolètes, pour preuve, ceux-là qui l’incarnent ne veulent guère assumer leur responsabilité ni prendre leur indépendance, la guerre entre juges et avocats corrobore à suffisance notre thèse.
Le PSE qui est la plus grosse escroquerie intellectuelle et économique de l’histoire de notre jeune République, avec un montage financier qui ne reflète guère la voie qui mène à l’émergence, vues les nombreuses incohérences qu’il présente et un déséquilibre macro-économique, asphyxiant de fait, l’investissement et le pouvoir d’achat des sénégalais, extrême pauvreté à tous les niveaux. Ne faisons- nous pas partie des 25 pays les plus pauvres au monde, preuve ne saurait être plus illustrative!
Mr Coulibaly a-t-il omis de nous rappeler le séjour en Allemagne du Président quand il traitait les sénégalais de fainéants ? À Medine, quand il tenait le Coran avec sa main gauche, à la marche de Charlie Hebdo quand il défendait la liberté d’expression alors que le Prophète était caricaturé, et le Coran injurié, son récent séjour en Inde, quand devant des investisseurs indiens, il humiliait les sénégalais.
Mr Coulibaly, nous ne sommes point amnésiques, nous avons choisi de garder le silence pour l’instant et d’observer la cupidité et l’incapacité de Macky Sall à diriger ce pays. Alors que vous, sortant de la trajectoire des grands hommes, loyaux et engagés, vous avez décidé de le traiter de messie, certainement pour préserver votre poste ministériel, et cette kyrielle d’avantages et de privilèges, que le régime vous confère. Si la honte tuait, vous seriez déjà inerte à l’intérieur même de votre suaire.
Vous n’incarnez aucune valeur, aucune vision, vous cherchez seulement une voix qui mène à exaucer vos intérêts crypto-personnels, mais hélas, pour combien de temps et à quel prix!
Votre livre, cher Mr Coulibaly ne s’adresse pas à la lecture collective, mais à une infime partie, qui jouit aujourd’hui des dorures de la République, qui prennent Macky Sall pour un dieu, chantant ses louanges. Et manifestement, en dehors de notre déception, nous avons envie de vomir, face à vos comportements, révoltants et revanchards.
La raison et la bonne foi voudraient que nous vous ignorions, mais face à ce mensonge qui nous infeste et nous met hors de nous, nous n’avons plus le droit de vous laisser envahir nos esprits avec vos réflexions choquantes dénudées de tout intérêt.
Si votre parole ne reflète plus la vérité, pour le bien de l’histoire des grands hommes, alors, cher Latif, gardez le silence!
Absa DIOP, citoyenne indignée